27° Terrebonne, jeudi 19 juillet 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

EN AVANT LES SPORTIFS : Le kin-ball bien actif dans Lanaudière
Existant depuis 1990, l’Association Régionale de Kin-Ball de Lanaudière regroupe quelque 500 membres dans tout Lanaudière, que ce soit au niveau récréatif – environ 75 % d’entre eux – ou au niveau compétitif. (Photo : M. Carron)

EN AVANT LES SPORTIFS : Le kin-ball bien actif dans Lanaudière

Pénélope Clermont

Mardi 5 décembre 2017

Plusieurs élèves moulinois ont été initiés au kin-ball à un moment ou à un autre de leur parcours scolaire. Moins joué dans les écoles à ce jour, le sport est pourtant encore bien présent dans la région grâce à l’Association Régionale de Kin-Ball de Lanaudière.

Existant depuis 1990, l’association regroupe quelque 500 membres dans tout Lanaudière, que ce soit au niveau récréatif – environ 75 % d’entre eux – ou au niveau compétitif. Les joueurs de kin-ball se retrouvent surtout en milieu scolaire, dans les écoles primaires de la Commission scolaire des Samarres.

«On commence en 2e année, jusqu’à l’âge adulte. Dans les écoles, on prône l’heure du dîner, sinon l’après-midi en parascolaire ou en soirée», dévoile Maryse Vaillancourt, coordonnatrice de l’organisme sportif qui peut aussi offrir son expérience dans un cadre municipal.

Volet compétitif

S’il n’y a plus d’écoles de la MRC Les Moulins qui accueillent le kin-ball aujourd’hui, on retrouve tout de même des joueurs de Terrebonne et de Mascouche au sein de l’association régionale, dont le volet compétitif se déroule localement dans le secteur ouest de Terrebonne ainsi qu’à Mascouche.

Les joueurs de niveau compétitif se regroupent au sein des Cerbères de Lanaudière, qui comprennent deux équipes mixtes de 10-12 ans, une équipe féminine de 12-14 ans, une équipe masculine de 12-14 ans, ainsi qu’une équipe masculine de 14-17 ans. Les adultes font quant à eux font partie du Spartak, formation dans laquelle Mme Vaillancourt évolue.

Un sport accessible

Relativement peu connu, le kin-ball gagne pourtant à être pratiqué, selon la coordonnatrice. «C’est un sport accessible, autant sur le plan sportif que du côté des coûts et de l’équipement. Oui, il y a beaucoup de règlements, mais ce n’est pas complexe. N’importe qui peut jouer : papa, maman, les enfants…», assure-t-elle.

De plus, les valeurs que met de l’avant le kin-ball ne sont pas à négliger, aux dires de la joueuse. «Le respect, le travail d’équipe et l’esprit sportif font partie du kin-ball. Quatre joueurs par équipe se retrouvent sur le terrain en même temps et ont de besoin que tous les membres touchent le ballon. Personne ne peut partir avec la "puck" et aller marquer tout seul. On n’a pas le choix de s’encourager et de travailler ensemble», soulève-t-elle.

Le kin-ball en bref

Une rencontre de sport kin-ball se déroule entre trois équipes représentées par quatre joueurs chacune. L’équipe en possession du ballon doit annoncer à laquelle des deux autres équipes elle envoie le ballon en appelant sa couleur. Un des joueurs de l’équipe doit par exemple s’exclamer «Omnikin bleu!» avant sa frappe, pour que le jeu soit valide. Le cas échéant, les joueurs de l’équipe portant les dossards bleus doivent attraper le ballon, avec n’importe quelle partie du corps d’un ou de plusieurs joueurs, avant qu’il ne touche le sol, puis relancent le jeu.

Pour plus d’information : www.kin-ball.qc.ca ou «Association Régionale de Kin-ball de Lanaudière» sur Facebook.

31 dec 2017-2018 Lise Viau cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités