-7° Terrebonne, lundi 20 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Le fabuleux destin de Kimberly

Mardi 18 janvier 2005

C’est tout un conte de fée que vit la jeune athlète lachenoise Kimberly Hyacinthe. En moins d’un an, elle s’est hissée parmi l’élite de la relève québécoise en athlétisme avec des performances à couper le souffle. Portrait d’une surdouée.

Éric Ladouceur

Du basket à l’athlétisme

En juin 2003, après avoir remporté une course à une compétition de son école, Kimberly se retrouve à Québec aux Championnats provinciaux scolaires. Au départ de l’épreuve, contrairement à ses adversaires, elle se tient debout devant les blocs de départ, ne sachant pas à quoi pouvaient bien servir ces «appuis-pieds».

Membre des Aigles du Collège Jean-Eudes, l’athlète de 15 ans était plus habituée à fouler les terrains de basketball que les pistes d’athlétisme. Contre toute attente et malgré un départ laborieux, Kimberly rejoint tout le monde et termine première sous les yeux de Daniel St-Hilaire et Franco DiBattista, deux entraîneurs réputés du Club d’athlétisme St-Laurent Sélect.

Médailles et records

Depuis, elle cumule les médailles d’or et a établi trois records québécois chez les cadets : celui du 200 m en salle (25,77 s), celui du 100 m en plein air (12,25 s) et celui du 300 m en salle (40,80 s).

Timide, Kimberly révèle du bout des lèvres les exploits qu’elle a accomplis et remercie plutôt ses parents et son entourage pour leur support. «Ça fait maintenant un an que je m’entraîne sérieusement en athlétisme, soit depuis janvier 2004. J’aime beaucoup ça. Mes parents m’encouragent beaucoup et sont toujours présents à mes compétitions, même si c’est loin. C’est vraiment le "fun", ce qui arrive», confie d’emblée l’étudiante de 4e secondaire à l’école Des Rives.

Formation du trio

En janvier 2004, Franco DiBattista la prend sous son aile, et en septembre dernier, Daniel St-Hilaire, qui a notamment découvert Bruny Surin, s’est joint à eux pour compléter le trio.

Trois à quatre fois par semaine, elle quitte l’école Des Rives pour se rendre à sa séance d’entraînement au complexe Claude-Robillard, le club où s’entraîne également Nicolas Macrozonaris. «Je ne le (Nicolas) vois pas souvent. Cependant, le fait de m’entraîner avec les meilleurs me motive beaucoup», ajoute Kimberly.

Pour le moment, elle s’entraîne sur plusieurs distances (60 m, 100 m, 200 m, 300 m et 400 m), en plus des relais 4 x 100 m et 4 x 400 m, ainsi que le saut en longueur et en hauteur. «C’est la façon dont elle se développera qui déterminera dans quelle discipline elle excellera le plus», explique Daniel St-Hilaire.

Les compétitions à venir

En mars prochain, Kimberly Hyacinthe ira aux Championnats américains des écoles secondaires (High School), qui se tiendront à New York. Elle participera aux épreuves de 60 m, de 200 m et de saut en longueur. Ce sera un gros test, mais une qualification pour une finale équivaudrait à une médaille d’or pour Kimberly. L’été prochain, elle vise les Championnats du monde jeunesse au Maroc ainsi que les Jeux du Canada, qui auront lieu à Regina du 6 au 20 août.

À long terme, vous aurez deviné que le destin de Kimberly pourrait bien la mener aux Jeux Olympiques, son rêve.

29 nov 2017 ALBI NISSAN cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités