-1° Terrebonne, dimanche 19 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Des Moulinois à l’honneur à Hawaii
Grande première pour Stéphane St-Cyr au Championnat du monde Ironman. Il a terminé 180e sur 315 triathlètes dans la catégorie 45-49 après 11 h 15 m 33 s de dur labeur athlétique. (Photo : courtoisie)

Des Moulinois à l’honneur à Hawaii

Gilles Fontaine

Mercredi 1 novembre 2017

Le fait d’y être était un exploit en soi, car ces trois athlètes figuraient parmi un club très sélect de 2 500 athlètes qualifiés pour l’épreuve, soit un groupe élite ne représentant que 3 % de tous les sportifs qui participent à des épreuves d’Ironman.

Exploit grandiose

Il s’agissait d’une première pour Stéphane St-Cyr. «On m’avait dit que ça allait être très difficile, qu’il allait faire très chaud et humide, et on m’a averti que le vent allait être redoutable. Je peux vous dire que c’est exactement ça et encore plus. Au fond, c’est parfait que ce soit le Ironman le plus difficile de tous, sinon tout le monde le ferait», a-t-il mentionné.

«Lors du Ironman, le plus dur a été d’affronter le vent à vélo. J’ai été surpris de l’effort que je devais fournir par rapport à la distance que je parcourais. C’était assez intense. J’avais l’impression qu’on n’avançait pas», se rappelle-t-il.

Plus de 11 h et 15 m après le départ, Stéphane a franchi la ligne d’arrivée avec une fatigue extrême, mais surtout avec le sentiment d’avoir accompli quelque chose de grandiose. Il dit être devenu de plus en plus émotif à 4 km de la fin. «Tout le long de ces quelques kilomètres, je faisais comme la rétrospective du travail que j’ai dû faire pour me rendre ici. Je suis vraiment très heureux de l’accomplissement.»

Stéphane St-Cyr a finalement pris le 180e rang sur 315 hommes de son groupe d’âge (45-49). «J’aimerais y retourner pour mes 50 ans, a-t-il souhaité. Pour l’instant, dit-il, je vais me consacrer au demi-Ironman dans les prochains mois.»

L’épreuve la plus difficile

C’était également une première pour Martin Hébert. Il s’est classé 113e sur 215 dans la catégorie 50-54 au terme de 11 h 36 m 58 s d’épreuve.

«C’est assurément le plus grand défi auquel j’ai participé. C’est vraiment l’épreuve la plus difficile au monde, tous sports confondus. Personnellement, j’ai particulièrement trouvé l’épreuve de vélo difficile. Les vents latéraux étaient très intenses. Je me questionnais beaucoup et je me demandais comment j’étais pour finir tellement c’était dur. Cependant, lors du marathon, j’ai retrouvé un certain regain d’énergie jusqu’à la fin», relate-t-il.

La natation se voulait la plus grande crainte du Mascouchois. «Partir tous ensemble et nager en mer, c’était mon défi personnel et je suis vraiment heureux de ma performance.»

Une chose est certaine, Martin Hébert veut y retourner. Il se donne un an ou deux pour améliorer certains points avant de se qualifier de nouveau. «La prochaine fois, je saurai à quoi m’attendre. Je voudrai certainement obtenir un résultat compétitif.»

Quant à Patrick Bégin, il a pris le 170e rang sur 256 chez les 40-44 avec un temps de 11 h 0 m 27 s.

Ces deux derniers athlètes ont été entraînés par Alain Picard d’Altitude Sport Coaching.

Rappelons qu’une épreuve de triathlon est composée de 3,8 km de nage, de180 kmde vélo et se termine par un marathon de 42,2 km, une longue «journée de travail».

Le 14 octobre avait lieu le Championnat du monde Ironman 2017 à Kailua-Kona, Hawaii. Trois Moulinois ont participé à ces «Olympiques» du Ironman, le Mascouchois Martin Hébert, ainsi que les Terrebonniens Patrick Bégin et Stéphane St-Cyr.

25 mai 2018 Implantologie cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités