-6° Terrebonne, lundi 20 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Un marathon pour le plaisir
Danielle Chaussé et Claire Tardif ont participé au célèbre Marathon du Médoc qui s’est tenu en septembre dans la municipalité de Pauillac, en France. (Photo : courtoisie)

Un marathon pour le plaisir

Gilles

Fontaine

presse@larevue.qc.ca

Mardi 10 octobre 2017

Le 9 septembre, deux Mascouchoises ont participé à l’un des marathons les plus populaires et certainement les plus divertissants d’Europe : le 33e Marathon du Médoc, région vinicole de France. Danielle Chaussé, 65 ans, dont c’était une deuxième participation, et Claire Tardif, 63 ans, ont complété l’épreuve en un peu plus de six heures.

À première vue, cela peut paraître lent, mais il faut prendre en considération que ce marathon se termine après 22 arrêts et une vingtaine de points de dégustation. Ce qu’on y déguste? Vins, huîtres, jambon, entrecôtes et crème glacée.

Ce sont tous des produits locaux, puisque c’est notamment pour cette raison que l’événement a été créé, soit pour faire connaître les produits et artisans de la région de Bordeaux.

Une fois dans sa vie

«C’est vraiment un événement que l’on doit vivre au moins une fois dans sa vie. Il y a une ambiance vraiment festive où les participants sont déguisés selon le thème choisi», explique Danielle Chaussé.

La musique étant le thème de 2017, les coureurs sont devenus des rockers et des danseurs disco. Quant à nos Mascouchoises, à part un peu de maquillage, elles n’ont pu se permettre le maximum de folie. «Un déguisement dans ses bagages, ce n’est pas l’idéal», fait remarquer Danielle Chaussé.

Des amis de courses

«Nous courons ensemble depuis cinq ans, Danielle et moi, et elle me parlait beaucoup de ce marathon. Pour ma part, c’était mon premier à vie. Ça a été toute une expérience. Il y a beaucoup de fraternité et les gens s’amusent énormément», nous dit Claire Tardif.

«L’épreuve se tient dans la municipalité de Pauillac, dans la région de Bordeaux. Nous longeons plus de 60 châteaux et en visitons 22. Il y a, tout au long de l’épreuve, 52 animations musicales et, surtout, les postes de dégustations. C’est vraiment particulier», ajoute Danielle.

Pour cette dernière, il s’agissait d’un 24e marathon. Elle a fait ceux de New York, Boston, Montréal et plusieurs en Europe. Pourtant, c’est celui du Médoc qui lui donne les meilleurs souvenirs.

Autour des châteaux

«Le principe est très simple. Nous arrêtons dans les cours de châteaux pour déguster vin et petites bouchées et nous repartons jusqu’au prochain arrêt. C’est certain que ça peut être étrange, de manger et de boire en courant un marathon, mais ce ne sont que de petites bouchées et nous avons suffisamment d’eau pour nous hydrater. Par contre, nous ne devons pas perdre de temps parce que l’épreuve doit absolument être complétée en moins de six heures et demie avant l’arrivée des “balais”», précise Danielle.

Elle nous explique que les «balais» sont un groupe de coureurs qui complètent le parcours balais en main et en poussant un chariot de nettoyage. Ils «nettoient» tout sur leur passage. En termes officiels, les chronos des participants qui arrivent après ces «balais» ne sont pas officialisés.

Une vue imprenable d’un paysage chevaleresque, des produits de la région de Bordeaux et beaucoup d’eau, le marathon du Médoc aura été vaincu par Danielle Chaussé et Claire Tardif.

24 novembre 2017 Rive nord bas

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités