16° Terrebonne, mercredi 26 septembre 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Un sport en cadeau
Passionné par son sport, Émile Joncas cumule pratiquement autant de médailles que d’affiches de ses idoles. (Photo : Bernard Richaudeau)

Un sport en cadeau

Pénélope Clermont

Mardi 13 mars 2018

Le Terrebonnien Émile Joncas a participé à la finale de la Coupe Canada Butterfly de tennis de table, les 10 et 11 mars. Performant dans une nouvelle catégorie depuis peu, il y allait plus pour l’expérience de côtoyer les meilleurs joueurs de l’est du pays que pour la victoire. Dans cette optique, l’aventure s’est révélée passionnante pour l’athlète de 13 ans.

Émile évoluait parmi les espoirs de 13 ans et plus à cette compétition tenue au Centre Pan Am de Markham, en Ontario. Sur cinq rencontres, il en aura remporté une, mais sa plus grande fierté demeure une manche gagnée contre un athlète appartenant à la plus haute catégorie, c’est-à-dire qui possède une cote de 2 201 points et plus. La cote d’Émile est de 1 501, ce qui le place dans la catégorie des 1 401 à 2 200. Un joueur améliore sa cote en fonction des victoires qu’il cumule et à force d’affronter des «plus forts» que lui.

C’est une médaille d’or obtenue en janvier dernier sur le circuit québécois qui lui a permis de changer de catégorie. Il y avait cumulé six victoires et quatre défaites. Ses défaites ont quand même aidé son classement, puisqu’elles ont été enregistrées contre des adversaires supérieurs à lui. Heureux de sa nouvelle cote, il rappelle que «déjà, six victoires, c’était vraiment "cool"!»

De retour de la Coupe Canada Butterfly, celui qui étudie en concentration musique à l’école du Coteau à Mascouche rêve maintenant au championnat canadien qui aura lieu à Vancouver cet été. D’ici là, il enchaînera les entraînements – 4 à 5 fois par semaine, à Montréal et à Laval –, en plus de prendre part à une autre compétition du circuit québécois en mars, au championnat québécois à la mi-avril ainsi qu’au championnat junior à la fin du même mois.

Les réflexes avant tout

Émile Joncas a découvert le tennis de table à l’âge de 8 ans, alors qu’un ami de sa mère leur a fait cadeau d’une table. «Je me suis demandé s’il existait des cours parce que je voulais m’améliorer», explique le principal intéressé qui, de fil en aiguille, a atterri au Club Réflexe à Laval et chez Ping Création! à Montréal.

Pourquoi ce sport plus qu’un autre? «Ça va vraiment vite! C’est un sport de réflexe. J’ai déjà été "goaler" au soccer. Je pense que ça m’a aidé. J’ai fait presque tous les sports de raquette, mais c’était trop lent pour moi. J’aime quand ça bouge, et au tennis de table, les effets [qu’on donne à la balle] sont aussi plus importants», conclut-il.

 

29 janvier 2018 - Floréa (cell)

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités