-1° Terrebonne, jeudi 23 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Une année olympique pour Émilie Mondor

Mercredi 5 janvier 2005

PERSONNALITÉ DE L’ANNÉE 2004

Il y a 10 ans, Émilie Mondor découvrait la course. Dès lors, ce sport, surtout les épreuves de longues distances, devenait pour elle un véritable mode de vie. À l’été 2004, Émilie réalisait son rêve en participant à ses premiers Jeux Olympiques, à Athènes.

Valérie Maynard

L’année 2004 aura été une année de grande émotion pour l’athlète professionnelle de Mascouche Émilie Mondor.

En février, la jeune femme de 24 ans brise le record du UBC Open, une course préparatoire en vue des Championnats du monde de cross-country, en Belgique. Ces mêmes Championnats où, après avoir décroché une 8e place à la course de 8 km, elle mène le Canada à une 3e place au classement des nations à l’épreuve du 4 km.

En avril, elle brise un record de compétition lors du 10 km sur route de Sun Run, à Vancouver, grâce à un fulgurant chrono de 31 minutes et 10 secondes.

En août, Émilie Mondor réalise son plus grand rêve : celui de participer aux Jeux Olympiques. Lors des qualifications de la finale olympique, les yeux de toute une nation sont rivés sur elle. En terminant 17e au chrono, elle ratera la finale de peu, mais elle se relèvera encore plus déterminée qu’avant, et affirme son intention d’aller aux prochains Jeux et, cette fois, d’y laisser sa marque. Rendez-vous à Beijing en 2008.

Nullement démontée par sa performance à Athènes, Émilie Mondor, en octobre dernier, faisait tomber pour une deuxième année consécutive le record de la course de 5 km lors des Championnats nord-américains par équipes, à Chuta vista, en Californie. Un record qu’elle avait elle-même établi l’année précédente. Du coup, elle permettait au Canada de remporter son premier titre en équipe.

En novembre, Émilie devait abdiquer lors du Manchester Road Race en raison d’une blessure infligée à son pied droit quelques semaines plus tôt. Fort heureusement, la blessure semble légère et ne compromet pas un retour rapide à l’entraînement.

Reconnue au niveau international en 2003 grâce à sa 13e position aux Championnats du monde de cross-country et à son record canadien au 5 km sur route, Émilie Mondor brisait, quelques mois plus tard, le record canadien du 5 000 m en devenant la première Canadienne à courir en dessous de la barre des 15 minutes lors des Championnats du monde d’athlétisme. En 2004, lors des Championnats du monde de cross-country, elle remportait sa première médaille IAAF, une première canadienne depuis 1983.

24 novembre 2017 Rive nord bas

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités