Profondément Terrebonnien

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
Profondément Terrebonnien
Éric Brousseau, alias Seba, aime profondément Terrebonne, au point de vouloir le slamer dans l’un de ses nombreux projets. (Photo : Gilles Fontaine)

Le rappeur et slameur originaire de Terrebonne Éric Brousseau, alias Seba, a des idées plein la tête. Il vient tout juste de confirmer son implication dans le concours MusiQualité et le Festival Grande Tribu, mais ne veut pas s’arrêter là.

Celui qui a connu beaucoup de succès avec le duo Seba et Horg (Vintage à l’os, Magasin à 1 $) sera une fois de plus porte-parole de MusiQualité, concours important dans la région, organisé par la SODAM.

«Je suis de Terrebonne et je souhaitais revenir dans la région, être proche de chez nous. Mes références sont ici et je suis tombé en amour avec la SODAM l’an dernier. Je tenais à revenir avec elle en 2020. Entre la SODAM et moi, c’est une histoire de cœur», soutient Seba.

Or, il assurera une portion du spectacle de la finale du concours, en plus de performer lors du Festival Grande Tribu en mai.

Slamer Terrebonne

Actif dans le domaine de la musique depuis 20 ans, Seba aime profondément son coin et projette de le slamer. «Depuis plus d’un an, j’écris des textes dont les références sont de Terrebonne. Je parle du quartier, de certains commerces et des gens que j’ai rencontrés dans ma jeunesse, de ce qui m’a marqué. J’aime beaucoup l’histoire et je trouvais que ça pouvait être une opportunité, de mettre Terrebonne en slam pour la raconter», précise-t-il.

Cependant, pour quelques mois, Seba devra quelque peu mettre ce projet sur la glace, «le temps de terminer mon album», dit-il. «Il ne me reste que quatre ou cinq pièces à terminer. Rien n’est fixé pour la parution, même si c’est prévu pour automne 2020. Je veux le sortir rapidement, car j’ai aussi un autre projet qui m’intéresse beaucoup.»

Des légendes à conter

Pour une deuxième année, Seba participera au projet Légendes locales en collaboration avec le poète Jocelyn Thouin, le musicien traditionnel Gabriel Girouard et la conteuse Eveline Ménard.

«Dans ce projet, on va mêler le conte, le slam, l’histoire et la musique trad en allant puiser des histoires de Lanaudière et dans mon cas, de Terrebonne. D’ailleurs, j’aurai un texte sur la tabagie Courval qui était sur la rue Saint-Louis jusque dans les années 80», précise le slameur.

Et toutes ces histoires, Seba aura l’occasion de les livrer à son public. Outre au concours MusiQualité et au Festival Grande Tribu, il sera en spectacle le 16 mars au Snobinard de Terrebonne lors du festival Le Mot, ainsi que le 23 mai au bar Le Transit de Terrebonne en compagnie des Pics à Flore et de Toby Laflamme.

Il souhaite également mettre à profit ses notions acquises à l’École de l’humour dans un projet de spectacle solo. «Ce serait un show avec du stand-up, du rap et du slam pour conter des histoires, surtout l’histoire du coin et un peu la mienne en même temps.»

Assurément, Éric Brousseau a du pain sur la planche. Pour en savoir davantage et suivre les projets de Seba, il suffit de visiter sa page Facebook et son compte Instagram (DJ SEBA 273).

Partager cet article

Commentez l'article

avatar