20 ans du CJE des Moulins : la confiance au cœur de tout

Pénélope Clermont
20 ans du CJE des Moulins : la confiance au cœur de tout
Sans l’appui de ces personnes, le CJE des Moulins n’aurait pu voir le jour en 1996 : Martine Magnan, Robert Lagrange, Aline Lanoie, Lucie Drolet, Gilles Patenaude, Jocelyne Caron et Diane Hamelin. Ont aussi contribué Denis Pomerleau, France Allen, Brigitte Lemire et Louise Despard-Léveillée, qui n’ont pu assister à la soirée. (Photo : Pénélope Clermont)

Lorsqu’on observe le parcours du Carrefour jeunesse-emploi des Moulins, la confiance est ce qui ressort le plus. La confiance entre l’organisme et la communauté d’une part, mais surtout celle qui règne entre les intervenants et les jeunes qu’ils desservent. «La création du lien de confiance est le plus important. À partir de là, tout est possible», souligne la directrice générale, Diane Hamelin.

Dès la création du Carrefour jeunesse-emploi (CJE) des Moulins, les instigateurs, parmi lesquels figure Mme Hamelin, ont établi un lien de confiance avec la communauté afin de s’assurer de la pérennité du projet.

«Au lieu de créer une entité distincte, on a bâti quelque chose à partir de MAJIE 16-24 (Mouvement d’Action Jeunesse et d’Initiative pour l’Emploi 16-24 ans). On souhaitait être en harmonie avec le milieu, on ne voulait pas tasser ce qui s’était fait. On est parti d’un petit noyau avec le bagage qu’on possédait déjà», se souvient celle qui était à l’époque coordonnatrice du MAJIE 16-24.

Ce petit noyau était notamment composé de Jocelyne Caron, députée de l’époque qui  a donné le coup d’envoi à l’initiative, de Gilles Patenaude, de Martine Magnan, de Denis Pomerleau, de France Allen, de Lucie Drolet, de Brigitte Lemire, de Louise Despard-Léveillée, d’Aline Lanoie et de Robert Lagrange.

20 ans de services essentiels

Petit à petit, dans les mains d’une équipe de cinq personnes dirigées par Mme Hamelin, le CJE des Moulins a pris son envol. Aujourd’hui, ils sont 16 (ils étaient 22 avant les récentes coupes du gouvernement) à poursuivre la mission de l’organisme, soit d’offrir des services personnalisés visant à faciliter l’intégration socioprofessionnelle de jeunes adultes de 16 à 35 ans de la MRC Les Moulins.

Que ce soit pour les aider à dénicher un emploi correspondant à leurs aspirations, pour les outiller afin qu’ils fassent une bonne impression auprès d’éventuels employeurs, pour les soutenir dans le développement des attitudes et comportements prisés au sein d’une entreprise ou bien dans un retour aux études, l’équipe du Carrefour offre aux jeunes des services favorisant l’atteinte de leurs objectifs professionnels et personnels, et ce, gratuitement par l’entremise de services d’orientation ou d’employabilité, des projets scolaires et communautaires, ou par des projets d’insertion.

De touchants témoignages

C’est cet apport que les membres de l’organisme ont célébré lors d’une soirée soulignant les 20 ans du regroupement, le 15 juin, chez Louis-Philippe Traiteur. Un petit historique du CJE a précédé la présentation de tous les services, qui a été agrémentée de témoignages, en personne ou par vidéo, de jeunes clients.

Raphaël Tremblay a mentionné à quel point son parcours au sein de l’organisme lui a permis de devenir autonome financièrement et de retrouver sa dignité. Karine Cormier a quant à elle indiqué que le CJE lui avait donné la confiance qui lui manquait pour retourner aux études et ainsi poursuivre une carrière qui allait la satisfaire pleinement.

Parmi les témoignages, il y a aussi eu celui de Jordan Vaillancourt, qui a plus d’une fois décroché du réseau scolaire. «Je voulais devenir briqueteur-maçon et je le serai dans 45 jours. J’ai une promesse d’embauche et je commence le 9 septembre, a-t-il affirmé, la voix pleine de fierté. Le CJE est une petite famille. Il me fallait de l’encadrement et c’est ce qu’on m’a donné. On m’a conseillé et donné le courage, l’aide et l’écoute pour traverser les intempéries.»

Il fallait voir les yeux des gens des premières heures de l’organisme pour constater le bonheur qui les habitait d’entendre que, grâce au dévouement offert il y a 20 ans, ces jeunes accèdent aujourd’hui à la réussite.

Un amour réciproque

«C’est beau de voir des jeunes qui réussissent à changer des choses lorsqu’ils se sentent épaulés et accompagnés sans jugement, a commenté Mme Hamelin, qui ne se lasse pas d’assister à cela, même 20 ans plus tard, assure-t-elle. La vie n’a pas toujours été généreuse avec eux. Je suis toujours impressionnée de voir l’attachement qui se développe avec nos intervenants. On les aime vraiment et ils nous retournent cet amour aisément. Il nous suffit de créer un lien de confiance et tout devient possible. Une soirée comme celle-là est tellement révélatrice de la façon dont on travaille. J’ai une équipe formidable et remarquable. Ce sont eux qui créent ce lien de confiance avec les jeunes.»

Et comme l’a déclaré la directrice en cours de soirée : le soutien vient du CJE et des intervenants, mais les efforts, ce sont les jeunes qui les déploient. Ils peuvent donc être extrêmement fiers de leurs succès.

Notons que certains des témoignages offerts ont permis de découvrir des capsules vidéos mettant en lumière le travail de l’organisme. Ces capsules se retrouvent sur le nouveau site Internet du CJE des Moulins, au www.cjedesmoulins.org.

***

 

Dans le bureau de la directrice

Quels mots résumeraient la dernière année de l’organisme? Adaptation et changement. Étant subventionnés avec des ententes de services et non plus pour notre mission, nous avons dû revoir notre façon de faire pour trouver des moyens imaginatifs de servir nos jeunes, qui restent notre raison d’être. C’est beaucoup d’énergie et de persévérance.

Qu’est-ce qui est à venir pour le CJE dans les prochaines années? Il y a encore beaucoup d’adaptation à faire. Le pire est fait, mais il faut continuer de nous mobiliser. C’est exigeant, mais le succès est possible.

De quoi êtes-vous le plus fière en tant que directrice? J’ai encore la flamme et le feu sacré pour la réussite des jeunes. Ils m’allument et me fascinent. Dans les derniers mois, j’ai mis la main à la pâte de manière concrète quand l’équipe en avait trop et le contact avec la clientèle m’a fait prendre conscience que mon amour pour les jeunes et pour leur réussite est encore là.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar