6 M$ pour sortir les Complexes Sportifs du rouge

6 M$ pour sortir les Complexes Sportifs du rouge
Louis Grenier, président des CST, et le maire de Terrebonne, Marc-André Plante, ont annoncé le versement de l’aide financière à l’organisme qui gère de nombreuses installations sportives dans la ville. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

Pour redresser la situation financière précaire des Complexes Sportifs Terrebonne (CST), qui traînent un déficit année après année depuis la construction du Centre de soccer multifonctionnel qui a coûté plus cher que prévu il y a 10 ans, la Ville de prend ses responsabilités à l’égard de son organisme mandataire en lui octroyant une aide financière de 6 M$.

La décision entérinée par le conseil municipal le 7 octobre a été détaillée le lendemain, en conférence de presse. L’argent servira à «éponger une portion importante de la dette de l’organisme», dette due au fait que la construction du centre a coûté 16,5 M$ plutôt que les 10 M$ prévus en raison de certains «éléments de personnalisation», explique la Ville. «Le bâtiment est plus grand que ce qui avait été prévu. Nous sommes aussi passés d’un plan de 200 cases de stationnement à plus de 300», a indiqué le directeur général des CST, Sylvain Grisé.

Conséquence : l’organisme ne parvenait plus à reprendre le dessus sur ses finances, malgré des revenus en augmentation chaque année.

Minuit moins une

Il était minuit moins une pour la corporation qui n’aurait même pas eu les liquidités financières pour terminer l’année 2019. «On ne pouvait plus pelleter par en avant la décision que l’on devait prendre», affirme le maire Marc-André Plante, ajoutant que ce n’était pas la première fois que l’organisme demandait du soutien financier à la Ville.

«La situation ne nous permettrait pas de continuer à maintenir nos infrastructures», précise le président du conseil d’administration des CST, Louis Grenier, qui est certainement soulagé par cette annonce.

La Ville a contracté un emprunt qu’elle devra rembourser sur 15 ans pour verser cette aide. En plus de rembourser du capital, de l’argent sera déposé dans un fonds de réserve pour le maintien des actifs. Pour les trois premières années, 474 000 $ seront versés annuellement dans ce fonds par la Ville.

«C’est important de maintenir pour nos citoyens des infrastructures sportives modernes et il faut en être fier», affirme le premier magistrat, qui rappelle que la Ville deviendra propriétaire des installations des CST en 2044.

La décision prise entraînera une augmentation de 22 $ du compte de taxes moyen de 3 200 $, mais on prévoit que les tarifs pour les usagers seront maintenus pour que les installations des CST demeurent accessibles à tous.

Texte : Jean-Marc Gilbert

Partager cet article

Commentez l'article

avatar