Accident dans la cour d’une garderie : Mascouche agit

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Accident dans la cour d’une garderie : Mascouche agit
Ces trois blocs de béton ont été installés de façon temporaire en attendant l'aménagement d'une glissière de sécurité permanente, qui sera un peu plus longue. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

Pour prévenir d’autres accidents comme celui du 6 juillet qui aurait pu avoir un dénouement tragique, la Ville de Mascouche a décidé d’intervenir en renforçant la sécurité autour de la cour extérieure de la garderie Éduc-Atout.

Trois blocs de béton (communément appelés jersey) ont été installés sur l’avenue de l’Esplanade, à l’endroit même où le véhicule a quitté la route, traversé la piste cyclable et fracassé la clôture pour terminer sa course dans un module de jeux extérieur de la garderie. Un module dans lequel s’amusaient entre 10 et 12 enfants à peine quelques secondes avant l’accident, survenu peu avant 16 h. Ils ont eu le réflexe de se mettre à l’abri en entendant « un gros bruit », selon le directeur et propriétaire de la garderie, Christophe Lainé.

Ces blocs de béton laisseront éventuellement place à une glissière de sécurité. Une mesure qui, elle, sera permanente, a annoncé le maire de Mascouche, Guillaume Tremblay, dans une lettre envoyée aux parents des enfants qui fréquentent la garderie.

La glissière sera un peu plus longue que les trois blocs de béton actuellement installés, mais ne pourra rejoindre le haut de l’importante pente dans ce secteur.

« J’espère que ce sera suffisant »

M. Lainé est satisfait que la Ville de Mascouche prenne la situation au sérieux. Il espère que les mesures mises en place seront suffisantes. « C’est la deuxième fois en six ans. La dernière fois, c’était arrivé pendant la nuit. Le comité de parents avait dû se battre avec la Ville pour mettre une grosse roche », se souvient-il. Cette roche, qui est d’ailleurs toujours sur place, n’a pas permis d’éviter ce deuxième accident. « Il ne faut pas que ça arrive une troisième fois », ajoute M. Lainé.

Il veut remercier les autorités qui ont mis en place une cellule de crise pour intervenir auprès des enfants et du personnel de l’établissement souhaitant se confier à la suite de cet accident qui en a choqué plus d’un.

Enquête toujours en cours

Du côté du Service de police de Mascouche, l’enquête se poursuit pour déterminer les causes et circonstances précises de l’accident. La thèse de la conduite avec les facultés affaiblies est écartée, mais d’autres sont à l’étude, dont celle de la vitesse excessive.

Malgré le dénivelé important de la pente au bas de laquelle la sortie de route est survenue et les légères courbes lors de la descente, le capitaine André Voyer précise que ce n’est pas un secteur où les accidents sont plus nombreux. L’intersection de l’avenue de l’Esplanade et de la montée Masson, qui se veut l’une des plus achalandées de la ville et qui est située à quelques dizaines de mètres du lieu de l’accident, est un endroit plus accidentogène, mais pas la pente comme telle, précise-t-il.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar