Ainsi soit-il

Pénélope Clermont
Ainsi soit-il
Habile et sensible, Mathieu Gratton a brillamment animé la soirée, laissant toute la place aux tournesols pour qu’ils s’expriment. (Photo : Pénélope Clermont)

Il y a eu plusieurs excellentes performances vocales sur la scène du TVT, le 6 novembre. Mais toutes nos excuses aux généreux artistes professionnels qui ont défilé sur la scène, rien ne vaut Meaghan Lang qui chante avec toute son âme le refrain de Let it be, avec à ses côtés son père, Jason, qui y va d’un solo de guitare endiablé.

La chanson, c’est plus que des mots. C’est de l’émotion en barre. Et Meaghan et son père en ont fait vivre de puissantes lors de la 5e édition du spectacle-bénéfice Le Tournesol une fleur différente, au profit de l’Association de parents d’enfant trisomique-21 de Lanaudière (APTEL).

Meaghan fait partie des tournesols de l’organisme. Non, elle ne pousse pas des notes parfaites, elle ne s’adresse pas au public non plus et on ne comprend pas les mots qu’elle prononce. Mais vous savez quoi? Elle a reçu la plus belle ovation de la soirée. Exit, les conventions et la pseudo perfection! Oui à l’émotion, à la différence qui s’exprime, au talent qui vient du cœur. Comme le dit la chanson des Beatles : ainsi soit-il! Let it be!

Les tournesols sur scène

La Mascouchoise n’a pas été la seule à partager ce qui l’habite durant la soirée. D’autres tournesols, ces petites fleurs qui n’ont comme seule distinction qu’un chromosome supplémentaire à la 21e paire, sont montés sur scène pour offrir de la joie aux 300 spectateurs réunis.

Et quelle joie cela a été de les voir effectuer une chorégraphie sur Hakuna Matata (Le Roi Lion), jouer des percussions avec Conrad Popko ou accompagner les élèves de l’École de chant Marie-Pier Perreault. Édith Maillé a également joué au piano S’il suffisait d’aimer, de Céline Dion, tandis qu’Agathe Bélanger, après une invitation improvisée de la chanteuse, a dansé au son de la voix de Kim Richardson. Comme l’a soulevé l’animateur de la soirée, Mathieu Gratton, en s’adressant aux tournesols : «Vous êtes la meilleure des médecines!»

Saluons d’ailleurs la performance de l’humoriste qui, avec générosité et sensibilité, a guidé le public à travers de nombreuses prestations. Il s’est même amusé avec quelques tournesols en offrant une chanson de son cru, et ce, avant qu’avec leur spontanéité légendaire, ceux-ci s’emparent de son micro pour y aller de confidences inusitées. Quand on parle d’authenticité!

Des artistes dévoués

On ne peut évidemment pas passer sous silence les nombreux artistes qui ont pris part au rendez-vous, lequel a permis d’amasser 6 500 $ pour l’organisme. Le Rythme du Baobab a mis le feu à la scène d’entrée de jeu avec des acrobaties dynamiques. Jean-François Breau n’a pas donné sa place non plus avec une interprétation débridée de J’t’aime comme un fou, de Robert Charlebois, laquelle suivait la touchante Perce les nuages, de Paul Daraîche. Ont suivi Marie-Pier Perreault, Pascal Dufour, Yvan Pedneault, Jérôme Couture, Christian Marc Gendron, Manon Séguin, Renée Wilkin et France D’Amour.

Parmi ce groupe, Jason Lang, le papa de Meaghan, porte-parole de l’APTEL et initiateur du spectacle-bénéfice qui en était à une 5e édition, a non seulement accompagné sa fille sur scène, mais aussi offert At Last, d’Etta James, en s’accompagnant à la guitare. Sa pièce Let love cary us était enfin toute désignée pour clore cette soirée lumineuse, alors que tous les participants se réunissaient sur scène pour célébrer la différence en faisant la fête. Ainsi soit-il!

Partager cet article

Commentez l'article

avatar