Appel à la communauté pour sauver le Manoir

Karine Limoges
Appel à la communauté pour sauver le Manoir
Patricia Lebel, directrice générale de la SODAM, Claude Martel, géographe-historien, et Sylvie Gagnon, directrice bénévole du volet Patrimoine de la SODAM, et Denise Cloutier, au bout du fil, ont convié les médias pour lancer un appel à la mobilisation citoyenne. (Photo : Karine Limoges)

CONSULTATION PUBLIQUE LE 7 NOVEMBRE

La Société de développement et d’animation de Mascouche (SODAM) sollicite l’appui de la communauté afin d’assurer d’urgence la sauvegarde du Manoir seigneurial de Mascouche. L’initiative fait suite à l’incendie considéré criminel qui a éclaté au Manoir le 6 octobre. Une consultation publique vise à présenter la vision du comité de sauvegarde démantelé cet été.

Les Mascouchois sont conviés à une rencontre publique le mercredi 7 novembre à l’Agora de l’école secondaire Le Prélude (2995, avenue des Ancêtres à Mascouche) sur le coup de 19 h 30. Profondément ébranlés par l’incendie qui a presque englouti une partie du patrimoine mascouchois, les bénévoles de la SODAM ont décidé d’agir et invitent la population à se mobiliser pour la sauvegarde et la pérennité du patrimoine bâti de Mascouche.

«Depuis 34 ans qu’on se mobilise, a rappelé Claude Martel, ex-membre du comité de sauvegarde du Manoir seigneurial, il est grandement temps qu’on procède à l’action.» Pour ce faire, le soutien de la population demeure primordial. C’est pourquoi la SODAM présentera le fruit des efforts du comité lors de cette soirée, dans le but de mettre les Mascouchois au parfum et pour qu’ils acceptent de prendre part au mouvement.

«Il s’agit du dernier grand domaine au Québec et de la seule forêt domaniale, le milieu n’est pas conscient de sa richesse patrimoniale», a déploré M. Martel.

Consciente que l’actuel propriétaire du domaine ne veut pas embrasser une vocation récréotouristique pour le Manoir – qui a toujours été du domaine privé –, la SODAM souhaite en faire un bien patrimonial public. «Il faut que la population fasse partie prenante (du projet), a souligné Patricia Lebel, directrice générale dela SODAM. Ellen’a en tête que l’image décrépite du Manoir, ce qui peut paraître décourageant. Il faut que les gens s’approprient leur histoire, leur patrimoine.»

La SODAM a d’ailleurs déjà mis sur pied une page Facebook nommée «Sauvegarde du Manoir seigneurial de Mascouche», à laquelle adhèrent 40 amis et dont 174 personnes ont parlé.  

  

Partager cet article

Commentez l'article

avatar