Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Affaires

Retour

15 mars 2016

FABRIQUÉ ICI : La technologie au profit des troubles du langage

©Francis Haynes espère que Lexibar encouragera les jeunes souffrant de troubles de lecture et d’écriture à persévérer à l’école. (Photo: Jean-Marc Gilbert)

Conçu pour les gens souffrant de dyslexie, de dysphasie ou de dysorthographie, un logiciel spécialisé dans la prédiction de mots gagne de plus en plus d’adeptes non seulement au Québec, mais aussi de l’autre côté de l’Atlantique. Et ce n’est qu’un début.

Lorsque Francis Haynes a lancé Haylem Technologies, en 2008, il avait en tête de créer une tablette électronique permettant la reconnaissance manuscrite, mais également la prédiction de mots. Lexidox était né.

Au fil du temps, en discutant avec les utilisateurs, l’entreprise a réalisé que les besoins étaient surtout pour la prédiction de mots. «Notre expertise en la matière faisait vraiment fureur, mais c’était pris dans la tablette. Nous avons donc extrait cette portion pour la transformer sous forme de logiciel», explique Francis Haynes, en entrevue dans les locaux de l’entreprise, sur le boulevard de la Pinière, à Terrebonne. Dix mois plus tard, en juin 2013, Lexibar était officiellement lancé.

Lecture et écriture

Le logiciel fonctionne sur tous les ordinateurs équipés du système d’exploitation Windows. En plus de faciliter la lecture de pages Web ou de documents, Lexibar aide surtout à l’écriture, tant en français qu’en anglais, explique M. Haynes.

Dès que l’utilisateur tape la première lettre d’un mot, une série de suggestions apparaît à l’écran, basée sur un algorithme. Des images accompagnent un grand nombre de mots pour guider l’utilisateur dans sa rédaction.

Le logiciel est surtout utilisé dans les commissions scolaires, par les orthophonistes et les orthopédagogues. «Il faut commencer en bas âge, sinon, les gens apprennent à vivre avec cette difficulté», déplore M. Haynes. Il aurait bien aimé que son frère cadet, souffrant de dysorthographie sévère, ait accès à ce genre de technologie à l’époque.

«Il vivait beaucoup de frustrations de ne pas pouvoir faire comme les autres. Moi, j’ai eu la chance d’avoir plus de facilité à l’école. Quand j’ai terminé l’université, c’était clair pour moi que je me dirigeais dans ce domaine», confie l’entrepreneur.

Plans de développement

Haylem Technologies vend évidemment Lexibar aux particuliers, pour épauler les élèves dans leurs études et leurs travaux.

Le produit trouve preneurs de plus en plus en France et en Belgique. L’entreprise a dans sa mire l’ensemble du Canada et, éventuellement, les États-Unis.

En plus de travailler sur une mise à jour du produit existant, les développeurs planchent sur une adaptation du logiciel pour le rendre compatible avec les Mac, les ordinateurs d’Apple. Aucune date de lancement n’a encore été avancée.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média