Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

26 août 2020

Pénélope Clermont - pclermont@lexismedia.ca

Les vrais héros ne portent pas toujours une cape

Le 23 juillet, un compte anonyme publie un appel à l’aide sur TikTok. Plusieurs milliers d’internautes naviguent sur le réseau social ce soir-là et n’y prêtent guère attention, à l’exception d’une Terrebonnienne âgée de 11 ans. La vidéo interpelle en effet Emma Desmeules qui, appuyée de sa mère, alerte les autorités. Dès le lendemain matin, la collaboration de différents corps policiers ainsi que de la jeune fille permet de sauver une vie. Celle d’une adolescente néo-brunswickoise de 14 ans.

La Revue avait relaté l’événement dans ses pages quelques jours après. Si le journal en reparle aujourd’hui, c’est qu’Emma Desmeules, le Service de police de la Ville de Terrebonne, la Sûreté du Québec et la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ont reçu des mains de l’honorable Michel Doyon, lieutenant-gouverneur du Québec, la Médaille du lieutenant-gouverneur du Québec pour mérite exceptionnel, le 24 août, tout juste avant la séance du conseil municipal de Terrebonne au Collège Saint-Sacrement. Après avoir récupéré sa médaille et signé le livre d’or de la Ville, la jeune fille a remis en contexte le geste qu’elle a posé il y a à peine un mois, rappelant avec le sourire qu’il s’agissait d’abord d’un geste de désobéissance, lequel n’a évidemment pas été puni, a-t-elle confié plus tard en entrevue. « Au lieu de me coucher à 22 h, j’ai décidé d’aller sur l’application TikTok, et ce, malgré les indications de mes parents, a-t-elle introduit. Je visionnais des publications lorsque j’ai vu celle d’une fille qui exprimait un mal de vivre. Je ne m’y suis pas attardée immédiatement, mais j’ai réalisé que ça pouvait être sérieux. » Emma s’est donc empressée de montrer la vidéo à sa mère, Caroline Thériault. Ensemble, elles ont contacté la police de Terrebonne.

De Terrebonne au Nouveau-Brunswick

Quelques minutes plus tard, deux agents de police se trouvaient dans la résidence familiale pour en savoir plus. Ce n’est que le lendemain matin, vers 7 h, que la mère et la fille ont constaté l’impact de leurs démarches. Durant la nuit, la police de Terrebonne avait communiqué avec la Sûreté du Québec, puis avec la GRC, laquelle avait pu se rendre jusqu’à l’adolescence en détresse pour lui offrir du soutien. « Chaque corps policier a joué un rôle qui a permis une intervention heureuse cette nuit-là, a commenté Patrice Cardinal, inspecteur-chef de la SQ. Cette médaille est significative pour notre équipe de cybersurveillance, qui travaille dans l’ombre 24 h sur 24, 7 jours sur 7 afin de localiser en urgence des personnes vulnérables ou en détresse. C’est un défi quotidien pour les policiers et policières qui traitent annuellement entre 1 500 et 2 000 demandes d’assistance du genre. […] Ils doivent agir dans de très courts délais pour éviter le pire. Chaque appel à l’aide, même virtuel, est pris très au sérieux. » La fierté est aussi grande du côté de la police de Terrebonne, représentée par Éric Hallé, directeur adjoint, division des enquêtes et soutien opérationnel, qui a évoqué la présence d’organismes comme le Centre de prévention du suicide de Lanaudière pour épauler les jeunes et moins jeunes dans les périodes difficiles. « Ne restez jamais seuls avec votre souffrance », a-t-il souligné après avoir mentionné à quel point des événements comme celui-là rappellent aux policiers pourquoi ils font leur travail.

Le courage à travers l’empathie

Depuis le 23 juillet, Emma s’est plus d’une fois fait féliciter pour son courage, ce qui l’a amenée à réfléchir à cette notion. « Le courage n’est pas un effort surhumain, mais un petit geste qui répond à notre conscience. Faire ce qui est bien même si ça entraîne un désagrément ou des conséquences, a soulevé celle qui s’apprête à entreprendre sa 6e année dans une école de Repentigny. Si j’avais été cette jeune fille, j’aurais souhaité que quelqu’un se soucie de moi. En agissant comme je l’ai fait, je souhaitais apporter mon aide à quelqu’un qui semblait en avoir besoin. » Et s’il y a une leçon à retenir de tout cela : « Écouter les gens autour de soi avec empathie et gentillesse. En leur venant en aide au meilleur de nos capacités », a-t-elle déclaré. Ne se contentant pas de remettre la médaille aux principaux intervenants, le lieutenant-gouverneur du Québec a livré un hommage à Emma : « Je rêve d’une société composée de personnes telles que toi, où le bien-être des autres est mis de l’avant et où l’on ne se soucie pas uniquement de soi, mais de tous, peu importe leur origine, leur appartenance ou leur statut social. Tu as prouvé que l’on peut faire une différence dans cette société qui est nôtre et qu’un simple geste peut changer le cours des choses. » Comme l’a noté le maire de Terrebonne, Marc-André Plante : « Les vrais héros ne portent pas toujours des capes et ne volent pas toujours dans le ciel. »
https://www.youtube.com/watch?v=I5m8EX3vI_w&t=8s

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média