Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Opinion

Retour

22 septembre 2020

Gilles Bordonado - gbordonado@lexismedia.ca

Pourquoi au jaune?

LIBRE OPINION

Gilles Bordonado

Gilles Bordonado est éditeur de La Revue.

Les habitués de cette chronique savent que je suis largement pour les mesures sanitaires en vigueur au Québec en raison de la pandémie de COVID-19. Je dois cependant vous avouer que je suis perplexe vis-à-vis le passage de la MRC Les Moulins à l’alerte jaune. Le nombre de cas actuels et des dernières semaines ne le justifie pas.

Je ne suis pas un covidiot ni un complotiste. Je suis pour un resserrement des règles, surtout pour les gens qui ne les respectent pas, mais avec 38 cas actifs hier à Terrebonne et à Mascouche sur une population de 167 000 résidents, la Santé publique exagère. On alarme les citoyens inutilement.  

J’ai analysé les données du Centre intégré de santé et de services sociaux de Lanaudière depuis le 18 juin 2020 et elles sont révélatrices de l’inutilité de faire paniquer la population à l’heure actuelle dans la MRC Les Moulins. Oui, les choses pourraient se compliquer et des cas pourraient s’ajouter. Mais on n’en est pas là.

Le 18 juin, notre MRC comptait 120 cas et on en dénombrait 265 dans Lanaudière, qui en comptait 117 le 21 septembre. Entre le 18 juin et lundi dernier, le nombre de cas dans Terrebonne et Mascouche n’a jamais dépassé les 100. On a compté 98 cas le 19 juin et une soixantaine entre les 22 et 25 juin et les 21 et 22 juillet, et moins le reste du temps. On s’est promené entre 24 et 48 cas en août, et depuis le 1er septembre, le nombre de cas actifs a varié de 25 à 38. C’est bien moins qu’au printemps et bien moins qu’à la mi-juin.

C’est donc dire que vous êtes des gens bien sages et que vous respectez, pour la très grande majorité, les règles sanitaires en vigueur.

Je comprends que la Santé publique craint comme la peste une 2e vague et veut être prête, mais en appréhendant une catastrophe et en imposant des restrictions où il ne devrait pas y en avoir, elle perd de sa crédibilité.

Je rappelle que le palier 2, jaune, qualifié de préalerte, s’impose lorsque la transmission commence à s’accroître, ce qui n’est absolument pas le cas chez nous.

Pour expliquer ce passage au jaune, la Santé publique a parlé du fait que les gens retournent au travail, vont s’encabaner et que les enfants vont à l’école. Le risque, affirme-t-elle, de voir le nombre de cas augmenter serait grave. Ce que disent cependant les chiffres, c’est qu’il n’y a aucune raison de passer au jaune ici. Je ne dis pas que ça ne viendrait pas à l’automne éventuellement, mais actuellement, rien ne le justifie. Les gens d’ici agissent avec bon sens et ils sont respectueux des mesures sanitaires et de distanciation sociale. On crée une anxiété inutile dans la population et les commerces touchés par les nouvelles restrictions.

À mon avis, la seule raison qui expliquerait ce passage au jaune, et elle n’a pas été donnée par les autorités, c’est notre proximité avec Montréal, qui est passé à l’alerte orange. Mais, selon moi, c’est injustifié pour le moment. La MRC Les Moulins et sa voisine de L’Assomption, comme les banlieues du sud des Laurentides, n’auraient tout simplement pas dû passer au jaune.

Je crois que les bons comportements dont vous faites preuve et les efforts que vous déployez depuis des mois auraient dû être reconnus et récompensés, et ce n’est pas le cas ici. En passant au jaune il y a quelques jours, la Santé publique a pesé trop vite sur le bouton panique à mon avis. Je ne dis pas que la situation future ne le justifiera pas éventuellement, mais en date du 22 septembre à 11 h 55, alors que je rédige le présent billet, c’était inutile et injustifié.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média