Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Opinion

Retour

29 septembre 2020

Gilles Bordonado - gbordonado@lexismedia.ca

Pas le choix

LIBRE OPINION

Gilles Bordonado

Gilles Bordonado est éditeur de La Revue.

Il faut vraiment que la Santé publique craigne cette fameuse seconde vague pour forcer cinq millions de Québécois à restreindre leur vie sociale et pour mettre en péril à nouveau des pans de l’économie et de notre vitalité culturelle. Et autant je suis déçu de voir l’État peser sur le bouton rouge de la panique aussi vite, autant je comprends qu’il n’a pas le choix…

Parlant de cette nouvelle vague, le docteur Richard Lessard, directeur de santé publique de Lanaudière, me déclarait vendredi qu’il n’y a pas que les chiffres à regarder dans le cas des MRC Les Moulins et de L’Assomption. Il y a un contexte général montrant que la situation se dégrade, ce qu’on ne peut nier. « Si on ne regardait que les chiffres, on engagerait un comptable à ma place », m’a dit-il, ajoutant que « si on ne fait rien, on va se le faire reprocher, et si on fait quelque chose, on va se le faire reprocher aussi… » Devant ce constat, Québec préfère l’extrême précaution, qu’elle nous plaise ou non.

Le premier ministre Legault souligne que les chiffres ne mentent pas. Il y a là du vrai pour certaines régions, dont Montréal et Québec, mais aussi un peu de faux… dans la MRC Les Moulins et dans Lanaudière, où les chiffres ne justifient pas un aussi sévère tour de vis.

Une seconde vague se développe, c’est là une évidence. Mais ici, elle ne déferle pas encore. Le 21 septembre, on comptait 38 cas actifs à Terrebonne et à Mascouche et le 28 septembre, 57. Rappelons qu’il y avait 200 cas actifs le 8 juin alors qu’on était en plein déconfinement. La Santé publique a peur que le feu se propage et prend les grands moyens, et je le comprends. Certains seraient tentés de dire que les pompiers sont au pied de la maison qui n’est pas touchée par un incendie, d’autres que le feu couve et qu’il nous faut être prêts.

Le plan de match est connu depuis belle lurette à Québec, qui aurait pu nous en dévoiler plus bien avant à mon avis. Disons que côté préparation mentale, on n’a pas eu beaucoup de temps. Les mercredi 23 et jeudi 24 septembre, trois personnes m’ont confirmé que l’annonce du passage au rouge de la MRC viendrait avant samedi.

Je vous invite donc à être sages et à agir en bons citoyens en respectant  scrupuleusement les règles. Comme je l’ai déjà écrit ici, je ne suis pas un complotiste ni un covidiot. Je comprends les enjeux de santé publique et il faut s’y plier.

C’est clair, on n’a pas le choix… Il faut écraser la courbe naissante et relever ensemble le défi des 28 jours lancé par Québec en croisant nos doigts pour que ces 28 jours ne soient pas présage d’autres 28 jours par la suite…

***

Achat local

J’applaudis la vaste campagne favorable à l’achat local lancée par la Ville de Terrebonne. Le maire Plante a gentiment souligné en conférence de presse, et je l’en remercie, que La Revue et votre humble serviteur rappelaient sans cesse l’importance d’acheter localement. C’est de première importance aujourd’hui et ça le sera aussi demain. Je pense ici en particulier aux nombreux restaurateurs qui voient encore leur quotidien bouleversé. Je regrette que la Santé publique les ait tous mis dans le même panier, car plusieurs déployaient des mesures sanitaires largement suffisantes. Il en va de même des cinémas et des salles de spectacles, dont la SODECT, qui a déployé des énergies hors du commun pour monter une belle programmation automnale au Théâtre du Vieux-Terrebonne. Quel gâchis!

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média