Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culturel

Retour

30 septembre 2020

Pénélope Clermont - pclermont@lexismedia.ca

Quand l’art enjolive le quotidien du Vieux-Terrebonne

EXPO ART PUBLIC

2020expoart1

©Pénélope Clermont - La Revue

François-René Despatis-L’Écuyer explique la démarche qui l’a mené à créer L’Un et l’Univers.

Le Vieux-Terrebonne accueille une toute nouvelle exposition urbaine depuis le 23 septembre, celle de François-René Despatis-L’Écuyer, L’Un et l’Univers. Les visiteurs peuvent en effet admirer cinq reproductions d’œuvres originales de l’artiste de Terrebonne exposées sur des bâtiments municipaux du quartier historique.

Ce projet, Expo Art Public, est la poursuite d’une initiative lancée par un autre artiste de Terrebonne, Olivier Lamarre, lequel a exposé des œuvres, de 2017 jusqu’à tout récemment, sur les murs d’édifices jouissant d’une grande visibilité avec une fréquentation locale, régionale, touristique et commerciale dans le Vieux-Terrebonne.

François-René s’est d’ailleurs inspiré de son prédécesseur dans la réalisation de ses créations. « Je ne voulais pas être à des milles de ce qu’il avait créé. On voyait dans ses œuvres des lignes et une perspective qui "vient vers et qui va vers". C’est ce qui m’a inspiré et c’est dans cette zone que j’ai décidé de travailler », a commenté l’artiste lors d’un parcours organisé pour l’occasion, le 23 septembre.

Durant celui-ci, il a indiqué comment il souhaitait revenir à quelque chose de plus minimaliste après avoir exploré le monumental par l’entremise de son projet collectif L’art parmi les livres, présenté à la bibliothèque de l’Île-des-Moulins en 2018 et en 2019. « Le projet à la bibliothèque était grandiose pour moi. Ça a été une année de travail dans le monumental, a-t-il illustré. Cette fois, je me suis dit : pourquoi ne pas faire du monumental avec du miniature? »

C’est ainsi que le créateur a planché sur des œuvres de moins de deux pieds carrés, sur du papier japonais, du papier Saint-Armand ou des toiles, afin qu’il en ressorte des reproductions de grandes dimensions, lesquelles sont exposées sur les bâtiments de la Ville.

Une visite à ciel ouvert

Lors de la « visite » de la galerie à ciel ouvert, François-René est revenu sur la démarche qui a permis aux œuvres de naître. Celle à l’entrée de l’Île-des-Moulins représente l’atome, l’infini, l’énergie. Tout près du théâtre, on imagine bien la partition musicale, toute en surprise, qu’il avait en tête. Au coin de la rue Saint-André, sur l’immeuble de la salle du conseil municipal, on peut admirer la pièce primaire et ses lignes liant l’extérieur à l’intérieur, et le contraire. Face à elle, la conclusion : de petits ronds qui se transforment selon la perspective.

« L’ensemble de l’œuvre a été réalisé avec une couleur qui m’est très chère, l’outremer (un bleu profond). Déjà, le mot est magnifique, il dépasse les mers, ces océans qui sont aussi intérieurs, a décrit François-René. Le bleu est considéré comme une couleur froide, mais dans celui-ci, je retiens la chaleur. Ce contraste aussi m’intéresse. Il est considéré comme froid, mais il est maximisé dans la chaleur. »

Soutenir les artistes et embellir la vie des citoyens

Du côté de la Ville de Terrebonne, on se dit fier de soutenir un artiste du territoire et de faire rayonner l’art dans le quartier. « Nous avons à cœur de soutenir les activités de création et de production de nos artistes, notamment par la mise en valeur de leurs réalisations. Les artistes jouent un rôle essentiel dans notre société et l’intégration de l’art dans le quotidien des citoyens est une richesse pour notre collectivité. Ce projet permet de montrer leur talent tout en assurant le rayonnement de la culture terrebonnienne », a déclaré le maire Marc-André Plante.

« Le projet Expo Art Public rend accessible l’art dans l’environnement immédiat des citoyens. La culture est le fondement de toute communauté. En plus d’être un moteur de développement social positif, elle favorise le mieux-être des individus. La qualité de vie de ceux-ci est donc reliée à cet effort de valorisation et de démocratisation de l’art et de la culture. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’intégration d’une dimension culturelle à la planification urbaine est une approche enrichissante », a pour sa part conclu le conseiller municipal du Vieux-Terrebonne, André Fontaine

©Pénélope Clermont - La Revue

François-René Despatis-L’Écuyer explique la démarche qui l’a mené à créer L’Un et l’Univers.

©Pénélope Clermont - La Revue

Pour cette deuxième mouture du projet Expo Art Public, François-René Despatis-L’Écuyer a dit s’être inspiré du travail de son prédécesseur, Olivier Lamarre, dans la réalisation de ses créations.

©Pénélope Clermont - La Revue

Les conseillers municipaux Robert Brisebois et André Fontaine entourent le maire de Terrebonne, Marc-André Plante, l’artiste multidisciplinaire François-René Despatis-L’Écuyer, et Olivier Lamarre, initiateur du projet Expo Art Terrebonne.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média