Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Faits & méfaits

Retour

09 octobre 2020

Jean-Marc Gilbert - jmgilbert@lexismedia.ca

Incendie suspect à Terrebonne

2220feu

©Jean-Marc Gilbert - La Revue

Les policiers de Terrebonne enquêtent à la suite de l’incendie suspect.

La police enquête sur un incendie suspect survenu dans un salon de soins esthétiques de Terrebonne, jeudi soir. Le propriétaire du commerce est Maxime Ouimet, ce policier de Laval retiré de la patrouille en raison de propos tenus sur les réseaux sociaux au sujet des mesures sanitaires imposées pour lutter contre la COVID-19.

C’est peu avant 23 h 30 que les policiers ont porté assistance aux pompiers en lien avec une alarme incendie déclenchée au commerce situé au 2700, boulevard des Entreprises. Après l’extinction du brasier, les pompiers ont remis la scène au Service de police de Terrebonne/Sainte-Anne-des-Plaines/Bois-des-Filion à la suite de la découverte « d’éléments de nature suspecte », affirme la police dans un communiqué de presse. Une vitre avant du commerce aurait été fracassée, ajoute-t-on.

Personne n’a été blessé et les dommages causés par le feu et le déclenchement des gicleurs se limitent principalement à l’intérieur du commerce.

« Les techniciens en identité judiciaire du service de police ainsi que les enquêteurs se rendront sur place afin de procéder à l’analyse de la scène et de rencontrer les propriétaires », poursuit la police.

Aucune arrestation n’a été effectuée et les policiers ne sont pas en mesure de se prononcer sur le mobile de l’incendie.

Policier démissionnaire

Ce salon de soins esthétiques, Beauté Maudite, appartient à Maxime Ouimet, un policier de Laval qui a fait l’objet de reportages au cours des derniers jours. Son employeur l’a assigné à des tâches administratives plus tôt cette semaine en raison de propos tenus sur les réseaux sociaux en lien avec la pandémie de COVID-19. En résumé, M. Ouimet dénonce certaines mesures sanitaires, dont le port du couvre-visage. « Il faut arrêter cette mascarade-là. Je laisse ma carrière de 12 ans comme policier […] parce que je dis à M. Legault : "Non, ça suffit. Je ne suis pas l’outil de ta dictature. Je travaille pour les citoyens. Je travaille pour le peuple. C’est ça, mon serment d’allégeance que j’ai fait en 2009" », a calmement exposé M. Ouimet mercredi, en entrevue sur les ondes de TVA.

Jeudi, dans un message accompagné d’une photo de son insigne de policier et publié sur les réseaux sociaux, il annonçait avoir l’intention de s’en départir le lendemain.

La Revue a contacté M. Ouimet pour obtenir ses commentaires au sujet de l’incendie de son commerce, vendredi. Au moment d’écrire ces lignes, il n’avait pas répondu à notre demande.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média