Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Opinion

Retour

14 octobre 2020

Gilles Bordonado - gbordonado@lexismedia.ca

Tensions et négociations

LIBRE OPINION

Gilles Bordonado

Pandémie de COVID-19 oblige, la publication de la série de trois articles portant sur l’ambiance de travail à la Ville de Terrebonne a été retardée et exigeait une mise à jour que nous vous présentons aujourd’hui.

Les tensions ne sont pas aussi graves qu’elles l’étaient avant la crise, mais il n’en reste pas moins qu’il demeure beaucoup de suspicion du côté des employés, dont plusieurs sont toujours en négociation avec l’employeur sur de nouveaux contrats de travail.

Le ton des syndiqués est dur et s’explique par les craintes ressenties envers l’actuel directeur général de la Municipalité, Alain Marcoux, qui a un historique de négociations serrées, voire difficiles avec des employés syndiqués des villes de Québec et de Montréal.

Du côté de la Ville de Terrebonne, on a traité les choses avec un certain tact dans notre publication. On n’a pas cherché à attiser la situation et on a répondu point par point aux observations faites par notre journaliste. Ce ton présage, espérons-le, des discussions plus ouvertes à la table des négociations.

De toute façon, à l’orée d’une campagne électorale naissante, les différents syndicats se trouvent dans une situation plus favorable au développement d’ententes de gré à gré avec l’administration Plante.

Les employés syndiqués ont aussi fait profil bas au cours des derniers mois, se solidarisant et collaborant avec l’employeur dans le contexte difficile de la pandémie de coronavirus. C’est là également une bonne nouvelle.

L’équipe Plante n’a sûrement pas envie de se retrouver en négociation avec ses employés en pleine campagne électorale. Il n’y a rien de pire que des négociations qui traînent alors que des élus municipaux cherchent à se faire élire, et rien de très avantageux pour un syndicat que de déclencher la grève pendant cette même période. 

On verra bien comment les choses évolueront au cours des prochaines semaines et des prochains mois.  

***

Déjà 2023…

Le comité des fêtes des 350 ans de la ville de Terrebonne se met en place. Et on ne pouvait trouver meilleur porte-parole et organisateur que l’ancien directeur général de la Caisse Desjardins de Terrebonne, André Shatskoff, pour occuper le titre de président.

Ce dernier a toujours eu sa communauté à cœur, et son engagement envers sa ville n’a jamais fait défaut. Ses longues années de bénévolat à la Société de développement culturel de Terrebonne et à la Chambre de commerce de Terrebonne en sont les meilleurs exemples. Il ne reste qu’à souhaiter que l’on pourra fêter… Je blague. C’est loin, 2023. Je ne peux pas croire que nous vivrons encore ce merdier jusque-là.

***

Bien raison

Les maires de Mascouche et de Terrebonne ont bien raison de s’offusquer des nouveaux tarifs évoqués pour le transport en commun. C’est purement révoltant étant donné la faiblesse des services que nous obtenons.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média