Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communautaire

Retour

26 octobre 2020

Étude clinique sur le dépistage du cancer du sein

4 000 FEMMES RECHERCHÉES

2420perspective

L’objectif de l’étude est de déterminer plus précisément le risque pour chaque femme de développer un cancer du sein et ainsi de lui proposer un plan d’action de dépistage adapté à son risque individuel.

Dans le cadre de l’étude PERSPECTIVE sur le dépistage du cancer du sein par mammographie, le Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval (CRCHU) désire recruter 4 000 femmes dans les régions de la Capitale-Nationale et de Lanaudière afin d’évaluer plus précisément et de façon personnalisée le niveau de risque de cancer du sein.

Actuellement, les recommandations concernant le dépistage du cancer du sein sont basées principalement sur l’âge et sont donc sensiblement les mêmes pour toutes les femmes. L’étude Perspective, entièrement réalisée en ligne et dirigée par le professeur Jacques Simard, chercheur au CRCHU et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en oncogénétique à la Faculté de médecine de l’Université Laval, permettra de déterminer s’il est possible de personnaliser le dépistage par mammographie au risque de chaque femme, indique le CRCHU dans un communiqué de presse.

Grâce à une approche personnalisée comme celle que propose PERSPECTIVE, les femmes considérées comme davantage à risque pourraient par exemple obtenir un dépistage précoce et des suivis plus fréquents, avant même l’âge de 50 ans. Selon les pratiques cliniques recommandées actuellement, pour une femme de moins de 50 ans sans symptôme clinique et sans histoire familiale de cancer, il n’est pas recommandé de passer une mammographie.

Cibler le risque pour mieux traiter

« L’étude PERSPECTIVE introduit un outil novateur de prédiction du risque de cancer du sein combinant un score de risque incluant près de 300 variations génétiques déterminées par un simple test de salive, les antécédents familiaux de cancers, des facteurs hormonaux, certaines habitudes de vie ainsi que la densité mammaire évaluée par mammographie », explique M. Simard.

« Notre objectif est d’être en mesure de déterminer plus précisément le risque de développer un cancer du sein de chaque femme et, ainsi, de lui proposer un plan d’action de dépistage adapté à son risque individuel, qui sera discuté avec son médecin ou son infirmière praticienne spécialisée », ajoute la Dre Jocelyne Chiquette, médecin au Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia du CHU de Québec-Université Laval, professeure de clinique à la Faculté de médecine de l’Université Laval, chercheuse au CRCHU et cochercheuse du projet.

Les Lanaudoises qui souhaitent prendre part à l’étude sont invitées à répondre à un questionnaire au www.etudeperspective.ca afin de connaître leur admissibilité. Les participantes admissibles pourront ensuite effectuer les étapes suivantes en ligne. (PC)

Que pensez-vous du gel de taxes annoncé par Terrebonne?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média