Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

30 octobre 2020

Pénélope Clermont - pclermont@lexismedia.ca

Réélection à la santé et bilan du Bloc pour Luc Thériault

2420thériault

©Courtoisie

Luc Thériault a été réélu par ses pairs au sein du Comité permanent de la santé à titre de vice-président.

Luc Thériault, député de Montcalm, continuera le travail qu’il a déjà commencé pour faire progresser les dossiers pour la santé des Québécois, non seulement à titre de député, mais aussi à titre de vice-président du Comité permanent de la santé.

Réélu par ses pairs le 9 octobre, M. Thériault se dit heureux de pouvoir contribuer activement aux travaux de ce comité qui est d’autant plus primordial en période de pandémie. « Les défis qui m’attendent sont gigantesques, mais je serai bien placé pour défendre les intérêts du Québec et mettre en avant nos solutions en santé », affirme-t-il dans un communiqué de presse.

Le député souhaite aborder plusieurs priorités au sein du comité : augmenter les transferts en santé à 35 % sans condition, avec indexation annuelle de 6 %; financer adéquatement la recherche fondamentale; examiner les conséquences réelles des nouvelles lignes directrices du Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés (CEPMB) sur la vie des patients atteints de maladies rares et sur l’écosystème des sciences de la vie; et continuer de surveiller les actions du gouvernement fédéral face à la pandémie.

Un an après les élections

Le député bloquiste a par ailleurs joint sa voix à celle du chef du parti, Yves-François Blanchet, en ce qui a trait au premier anniversaire de l’élection fédérale de 2019. « Cette confiance des Québécois dans une nouvelle génération du Bloc était inespérée, et je crois que nous avons été dignes de cette confiance », mentionne M. Blanchet dans un autre communiqué de presse véhiculant que le Bloc a mis de l’avant la différence, les valeurs, la langue et l’économie de la nation québécoise.

« En temps de crise, nous avons collaboré afin de faire des gains pour la population. Nous attendons toutefois avec impatience les détails de la réponse à notre demande de soutien aux entreprises pour leurs frais fixes. Les travailleurs et les PME doivent être adéquatement soutenus, puisque c’est à travers eux que l’économie reprendra », ajoute M. Thériault.

___________________________________

Le Bloc Québécois formule son bilan

La santé, ultime priorité en crise sanitaire

En pleine crise de santé publique, le Bloc Québécois a fait de la hausse des transferts en santé son cheval de bataille, portant ainsi un rare consensus du Québec et des provinces canadiennes. « Si l’Alberta et le Québec sont d’accord sur un tel enjeu, ça doit être d’une évidence désarmante. En effet, alors que les coupes dans les transferts ont aggravé la crise et que le besoin est de plus en plus criant, Ottawa s’entête à refuser toute forme de hausse. Ce n’est pas un enjeu théorique : la santé et souvent la vie des gens dépendent de la capacité des provinces à leur offrir des services de qualité », explique Luc Thériault.

Pour les aînés et les personnes vulnérables

Depuis le début du présent mandat, le Bloc Québécois exige une augmentation de 110 $ par mois de la pension de vieillesse pour tous les aînés dès 65 ans. Il s’oppose à la proposition libérale de créer deux classes d’aînés en bonifiant le soutien des 75 ans et plus seulement. Le chef du Bloc, Yves-François Blanchet, poursuivra également la lutte pour que les personnes atteintes de maladies graves comme le cancer aient droit à 50 semaines de prestation spéciale d’assurance-maladie. « Le Bloc n’abandonnera pas les aînés à qui nous devons tant ni les personnes qui se battent pour leur santé. C’est au cœur de notre engagement politique », soutient le député de Montcalm.

Environnement et transition énergétique

« L’environnement n’est pas un enjeu superflu en temps de pandémie : il est la voie rapide pour en sortir! La relance par les technologies et énergies propres est une occasion en or pour l’économie de nos régions. C’est à travers l’innovation et la transformation de nos richesses que nos entreprises pourront prospérer dans l’avenir », déclare M. Thériault, qui rappelle que le parti a déposé deux projets de loi afin que le Canada atteigne ses cibles de l’Accord de Paris, et qu’il respecte la souveraineté environnementale du Québec.

Avec les agriculteurs

« Le Bloc Québécois a fait de la pleine indemnisation des producteurs sous gestion de l’offre une condition à son appui au gouvernement Trudeau. C’est révélateur de notre engagement envers nos agriculteurs, insiste l’homme politique. Le parti a également tenté d’apporter des solutions au manque criant de main-d’œuvre agricole amplifié par la mauvaise gestion des frontières pendant la pandémie. Le Bloc s’est tenu aux côtés des agriculteurs pour exiger que le gouvernement fédéral prenne au moins en charge les quarantaines et qu’il assouplisse les critères du programme de travailleurs étrangers temporaires. Nous insistons et attendons… »

La défense des intérêts du Québec dans les accords commerciaux

« Les négociations ratées de l’ACEUM nous ont pratiquement coûté notre système de gestion de l’offre, en plus de plomber l’industrie du bois d’œuvre et de mettre en danger le secteur québécois de l’aluminium. Nous nous sommes battus bec et ongles et nous avons réussi à sauver cette dernière. La nonchalance du Canada face à la protection de la gestion de l’offre a cependant provoqué une brèche immense et nous commençons à peine à en voir les conséquences, explique l’élu de Montcalm. C’est pourquoi le Bloc a déposé un projet de loi pour protéger une fois pour toutes ce système. »

Relations de nation à nation avec les Autochtones

« Ottawa instrumentalise la pandémie pour s’immiscer dans les juridictions du Québec. Or, il ne s’acquitte pas de ses propres responsabilités, notamment envers les Autochtones. Le fédéral n’est pas suffisamment actif pour transformer les relations colonialistes qu’il entretient sous la Loi sur les Indiens. Cette loi est ce qu’il y a de plus systémique dans le racisme que subissent les Autochtones, et le gouvernement refuse de poser des gestes concrets et immédiats pour la remplacer par des ententes librement consenties avec les Premières Nations. Puis, il se permet de faire la leçon alors que plusieurs réserves n’ont même pas d’eau potable ou de logements adéquats dans un pays riche comme le Canada qui accumule les rapports plutôt que les gestes. Ottawa doit concrétiser ses relations de nation à nation avec les peuples autochtones plutôt que d’en faire un prétexte à conflits avec le peuple québécois », fait valoir le député bloquiste.

Pour le Québec, juste le Québec

En conclusion, ce dernier reconnaît qu’il reste tant à faire pour la culture, les arts, la langue, l’industrie touristique et l’économie du Québec. « Néanmoins, nos 32 élus ont répondu présent pour le Québec. Ils ont été à l’écoute, constructifs et déterminés dans des circonstances éprouvantes. Nous avons fait des gains pour la population québécoise et nous respectons les engagements que nous avons pris il y a un an. C’est ce que nous ferons tant que le gouvernement Trudeau se maintiendra au pouvoir. L’enjeu ne sera ensuite pas de savoir qui parlera pour le Canada, mais bien qui parlera pour le Québec. Nos preuves auront été faites au terme de cette première année à Ottawa pour le Québec, juste pour le Québec », conclut M. Thériault.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média