Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

04 novembre 2020

Jean-Marc Gilbert - jmgilbert@lexismedia.ca

Premier portrait, à un an du scrutin

2520elections

Dans un an, les citoyens éliront leurs représentants municipaux des quatre prochaines années.

Dans un an presque jour pour jour, les Terrebonniens et Mascouchois seront appelés à élire leurs représentants municipaux pour les quatre prochaines années. Si on peut s’attendre à une lutte à Terrebonne, la situation est tout autre à Mascouche. Voici un portrait de ce que nous savons jusqu’à maintenant et une liste non exhaustive de gens potentiellement intéressés à se présenter.

Du côté de Terrebonne, le maire sortant, Marc-André Plante, ainsi que les 11 conseillers municipaux actuellement sous la bannière de l’Alliance démocratique Terrebonne (ADT) devraient se représenter, nous dit-on. Brigitte Villeneuve, Nathalie Bellavance, Dany St-Pierre, Réal Leclerc, Serge Gagnon, Éric Fortin, Yan Maisonneuve, Simon Paquin, Nathalie Ricard, Jacques Demers et Robert Brisebois devraient donc solliciter un nouveau mandat. La formation politique reste pour l’instant discrète sur l’identité des candidats qui seront présentés dans les quartiers 8, 10, 12 et 16, représentés en ce moment par des indépendants ou des élus d’un autre parti. On sait toutefois déjà que l’enseignante Guylène Mathieu, fille de l’ex-conseillère Micheline Mathieu, tentera de se faire élire dans le district 15.

Le Mouvement Terrebonne a préféré ne pas commenter pour cet article. Or, impossible de passer sous silence la candidature fort probable de Mathieu Traversy à la mairie. L’ex-député agit comme consultant politique pour le parti depuis septembre. Il serait étonnant que Marc-André Michaud et Nathalie Lepage, élus en 2017, ne soient pas de retour. Cependant, des rumeurs envoient Mme Lepage dans un quartier de La Plaine, là où elle habite. Les candidatures de Robert Auger (quartier 13), de Valérie Doyon (quartier 6) et de Michel Corbeil (quartier 14) ont été annoncées. Pour les autres, il faudra attendre.

D’autres conseillers actuels regardent du côté du Mouvement Terrebonne. L’indépendant André Fontaine (quartier 12) est celui qui semble le plus près de s’y joindre, mais il refuse de se commettre pour l’instant, admettant évaluer ses options.

On sait que Charles Messier et Robert Perrier, deux amoureux du Vieux-Terrebonne, auraient pu s’intéresser au quartier 12. Toutefois, le premier ne souhaite pas faire compétition à M. Fontaine, tandis que le deuxième, qui apprécie l’ADT, passera son tour pour cette fois après y avoir songé.

Caroline Desbiens, élue avec l’ADT en 2017 avant d’être expulsée du parti en mai 2019, a l’intention d’être à nouveau candidate dans le quartier 8, à la demande des citoyens qu’elle représente depuis quatre ans, dit-elle. Si elle est « indépendante et fière de l’être », elle ne ferme néanmoins pas la porte à quoi que ce soit.

Le NET et Stéphane Berthe de retour

Très discrète, mais prenant des notes depuis l’élection du représentant de son parti Robert Morin dans le quartier 10, la chef du Nouvel élan Terrebonne (NET), Valérie Quevillon, affirme que son parti sera de la course et qu’une équipe complète sera présentée en temps et lieu. Si Mme Quevillon et M. Morin travaillent ensemble actuellement, il n’est cependant pas certain que ce dernier sera de nouveau candidat pour le NET en 2021. Les deux restent évasifs lorsqu’on leur pose directement la question.

Stéphane Berthe, qui a dû gérer la tempête comme maire intérimaire après tout ce qui a découlé des interventions de l’UPAC, tout en constituant Générations Terrebonne en 2017, veut aussi revenir. Il n’a jamais caché ses intentions depuis le jour 1 après sa défaite. La question est de savoir si ce sera comme candidat à la mairie ou comme conseiller. S’il va à la mairie, ce sera avec une équipe complète. Sinon, il y a de fortes chances qu’il se présente comme conseiller indépendant dans Lachenaie, nous confie-t-il.

Pour Ève Duhamel et Hélène Michaud, respectivement candidates dans les quartiers 2 et 3 à La Plaine en 2017 et présentes de façon très assidue aux séances du conseil municipal avant la pandémie de COVID-19, il semble clair qu’elles seront de la partie, mais considèrent qu’il est un peu tôt pour en dévoiler davantage.

À Mascouche

À Mascouche, les questionnements sont moins nombreux. Guillaume Tremblay et environ la moitié de l’équipe de Vision démocratique de Mascouche (VDM) devraient se représenter. Stéphane Handfield (quartier 4) a déjà annoncé qu’il ne sera pas de retour. Selon nos informations, Louise Forest (quartier 3) et Gabriel Michaud (quartier 8) n’auraient pas l’intention de se présenter de nouveau. Lorsqu’on leur pose la question directement, ils répondent être toujours en réflexion. Ils statueront au début de 2021.

La rumeur veut que Darllie Pierre-Louis, Lise Gagnon et Patricia Lebel, trois femmes, souhaitent prendre la relève. Les deux premières, qui possèdent déjà de l’expérience en politique municipale, nous répondent avoir toujours eu un intérêt, mais ajoutent qu’il est trop tôt pour qu’elles se prononcent. Mme Lebel ne ferme pas la porte, mais indique consacrer tout son temps à la SODAM pour l’instant. Le chef de VDM et maire actuel de Mascouche, Guillaume Tremblay, nie avoir eu des discussions à ce sujet avec ces trois dames, mais ne cache pas son intention de s’entourer d’un plus grand nombre de femmes à la table du conseil.

Difficile de dire si une opposition se constituera. François Collin, candidat à la mairie en 2017, entretient le mystère. « Pour le moment, c’est négatif alors que pour l’avenir, je n’en sais rien », nous écrit-il dans un courriel.

Que pensez-vous du gel de taxes annoncé par Terrebonne?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média