Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culturel

Retour

11 novembre 2020

Pénélope Clermont - pclermont@lexismedia.ca

Richy Jay cumule les projets malgré la crise

2620richyjay1

©Courtoisie

L’artiste a pu offrir des spectacles en ligne et participer à des festivals malgré la COVID-19.

Toujours aussi passionné par la musique, Richy Jay reconnaît que la dernière année n’a pas été de tout repos, sur le plan tant professionnel que personnel. Cela n’a pas empêché l’artiste de Terrebonne de sortir un album à l’automne 2019, le vidéoclip Pardonne-moi en mai dernier et les extraits Ça va aller! et Vas-y molo plus récemment.

« Je m’engage à écrire, à composer et à créer pour ne pas m’effondrer », soutient avec sincérité l’homme qui, à travers tous ces projets, a perdu son père en octobre 2019 ainsi que son frère en juillet dernier. Inspiré par celui-ci, il a donné vie à la pièce Adios, qui se trouve en ligne depuis le 11 septembre. Elle symbolise un dernier au revoir en musique, une passion qui les a unis lorsqu’ils se trouvaient en République dominicaine et formaient le groupe 2BJAY, entre autres.

Si la pièce comporte une dose de tristesse, elle présente aussi les couleurs caraïbéennes que l’on retrouve dans l’œuvre de Richy Jay, dont le dernier album s’intitule d’ailleurs Caribbean Soul. « Je fais de la musique qui bouge et qui fait danser », rappelle le principal intéressé, qui a grandi à Haïti.

Et peut-on écouter sa musique même par temps froid? « C’est le but! s’exclame-t-il. Quand tu es né dans un pays tropical, c’est la danse et l’ambiance. »

Ayant passé par le rap créole en arrivant à Montréal, l’artiste a trouvé sa niche dans une musique qu’il décrit comme « caraïbéenne, afro, urbaine ». Un style qui semble plaire aux gens d’ici, selon lui. « Le multiculturalisme est présent à Montréal. Les gens de tous les pays s’y retrouvent et ils adorent la musique tropicale. Malgré la déprime des pays froids, il faut se changer les idées. Je me concentre donc sur ce style pour donner de la joie aux gens, et Montréal m’a confirmé que c’est la voie que je dois prendre », soulève le gagnant des prix Meilleur artiste masculin 2019 et Meilleure voix masculine 2018 aux Kilimandjaro Music Awards.

Une passion qui n’est pas remise en question

Selon un sondage publié par la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (GMMQ), 57 % des musiciens sondés envisagent d’abandonner leur carrière à long terme. Pour 18 % de ceux-ci, la décision est déjà prise. Vous aurez compris que Richy Jay ne fait pas partie du lot, même s’il admet que le contexte n’est pas évident. « C’est sûr que c’est une question que tous les artistes se posent. Moi, j’ai toujours fait les deux : travailler et faire de la musique. Je ne me pose donc pas la question », convient avec soulagement l’homme qui évolue en parallèle en marketing.

Il arrive également à relativiser la situation : « C’est le monde qui est en jeu! Ce n’est pas comme si je n’avais pas assez travaillé sur mon dernier album et qu’il n’était pas à la hauteur. Ça, ça serait frustrant, mais en ce moment, c’est le monde est qui arrêté. On ne peut rien changer. J’espère juste que 2021 sera moins difficile », souhaite celui qui aimerait aussi que son album Caribbean Soul puisse voyager davantage dans la prochaine année.

« Je crée tellement tout le temps de nouveaux trucs que j’ai l’idée de faire une autre version de l’album. J’aimerais le relancer avec de nouveaux morceaux », conclut le protégé vedette de la nouvelle agence Tolalito Music, qui sert de tremplin aux artistes afro-caribéens.

2620richyjay2

©Courtoisie

Richy Jay compte bien faire revivre son album Caribbean Soul en 2021.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média