Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

24 novembre 2020

Jean-Marc Gilbert - jmgilbert@lexismedia.ca

La force brute de Maxime Asselin

2820strongman1

©Courtoisie

Maxime Asselin s’entraîne depuis l’âge de 21 ans. L’homme de 30 ans ne s’intéresse toutefois aux compétitions de force que depuis peu.

Habitué des gyms depuis dix ans, le Terrebonnien Maxime Asselin repoussait ses limites en levant des charges toujours plus lourdes. Invité à s’initier aux compétitions d’hommes forts, il gravite dans cet univers depuis plus d’un an et est monté sur le podium lors de ses premières performances. Il est motivé à aller plus loin et, qui sait, peut-être à devenir un jour l’homme le plus fort du Québec!

C’est justement lors d’une séance d’entraînement qu’un homme l’a interpellé. « Il m’a dit : "Tu ne vas pas lever tout ça?!" Il m’a ensuite demandé si je faisais des compétitions d’hommes forts. Je ne connaissais pas vraiment ce domaine-là », raconte l’homme de 30 ans qui travaille aussi comme mécanicien.

Il a donc commencé à s’y intéresser en regardant quelques compétitions pour se faire une idée. Puis, il a décidé de s’inscrire, sans aucune attente, à la Compétition amicale d'athlètes de force Louis Cyr, en juin 2019.

Première compétition, premier podium

À 6 pi 1 po et 280 lb, il était le plus léger des poids lourds, rapporte-t-il. Son inexpérience ne l’a pas empêché d’offrir une solide performance et de finir 3e chez les novices. « À ce moment, je n’avais aucune technique. J’y suis allé simplement avec ma force brute. Mais maintenant, je vais dans un gym spécialisé à Sainte-Thérèse qui me permet de m’entraîner pour certaines épreuves », explique M. Asselin. Le mois suivant, il a grimpé sur la 3e marche du podium au terme d’une autre compétition.

Alors qu’il s’attendait à une grosse année en 2020, la pandémie de COVID-19 est venue freiner ses ambitions et sa progression. Au départ, il ne devait pas y avoir de compétition de toute l’année. Toutefois, un championnat provincial ouvert à tous a finalement pu être organisé le 5 septembre. Malgré certains pépins en début de compétition, le Terrebonnien terminé au 2e rang dans sa catégorie, ce qui lui a permis de participer aux championnats canadiens. Il y a performé en deçà de ses attentes et a pris le 18e échelon sur 29 compétiteurs. Évidemment, le calibre était plus élevé, note-t-il.

Avec les grands

S’il est encore difficile, en raison de la pandémie, de savoir à quoi ressemblera le calendrier des compétitions d’hommes forts pour 2021, Maxime Asselin s’entraînera comme s’il s’agissait d’une année normale. D’autant plus qu’il fera le saut chez les amateurs, lui qui était chez les novices jusqu’à maintenant.

« À la mi-janvier, on redémarre la machine en vue de la première compétition prévue au printemps », conclut-il.

2820strongman2

©Courtoisie

Aimant toujours repousser ses propres limites, Maxime Asselin a trouvé chaussure à son pied avec ce type de compétitions.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média