Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Affaires

Retour

25 novembre 2020

Pénélope Clermont - pclermont@lexismedia.ca

Terres fertiles pour les entreprises industrielles

LE REFLET ÉCONOMIQUE // PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES – PARCS INDUSTRIELS

parcindustriels1

©Jonathan Lessard

Les bâtiments se construisent à un rythme soutenu dans le CentrOparc, à Mascouche.

À l’instar des constructions résidentielles qui s'érigent à un rythme effréné tant à Mascouche qu’à Terrebonne, le secteur industriel ne laisse pas voir d’essoufflement malgré la crise sanitaire qui perdure. Les projets se développent à une bonne cadence, positionnant la MRC Les Moulins comme partie prenante de la relance économique du Québec.

Au terme de l’année 2019, les neuf parcs industriels de Terrebonne et de Mascouche regroupaient 632 entreprises créatrices de 13 657 emplois. Si la situation actuelle rend difficile l’obtention de statistiques fiables, il est permis de croire, selon le directeur général de la MRC Les Moulins, Claude Robichaud, que les industries « résistent bien » à la pandémie.

« Il n’y a pas beaucoup de fermetures d’entreprises qui sont portées à notre attention ni de licenciement massif », rassure M. Robichaud, conscient qu’il faille rester prudent devant les mois à venir. « Strictement du côté de l’expansion industrielle, au contraire, c’est surprenant cette année le nombre de projets qui se sont confirmés. Si les entrepreneurs les réalisent, c’est que le niveau de confiance est suffisamment grand », reconnaît-il.

L’essor du CentrOparc se poursuit

Dans ce contexte, il ne faut pas s’étonner que l’essor du CentrOparc se soit poursuivi encore en 2020. Après EEGT en 2019, deux autres bâtiments se sont implantés sur les 45 hectares dédiés au développement industriel à Mascouche, celui de Jacmar et la Tour Desjardins. Deux immeubles supplémentaires verront le jour prochainement : la Buanderie Blanchelle ainsi qu’un centre de distribution de St-Hubert.

« Ces entreprises pourraient décider d’attendre en ce moment, mais je pense que la réalité, c’est qu’elles veulent se rapprocher de la main-d’œuvre. Main-d’œuvre dont on dispose à Mascouche comme à Terrebonne, souligne le maire de Mascouche, Guillaume Tremblay. En plus, nous accueillerons bientôt un nouveau centre de formation professionnelle! »

Ce développement qui ne se dément pas est le résultat d’une conjoncture économique favorable encouragée par une main-d’œuvre disponible, certes, et un positionnement stratégique, mais il découle également d’une étroite synergie entre les deux municipalités voisines. Ce qu’on ne trouve pas à Terrebonne présentement, on le trouve à Mascouche; pendant que Mascouche récolte, Terrebonne prépare ses terres. Et les terres promettent d’être nourricières.

L’implantation de Metro approche

Tous les yeux sont tournés dans un premier temps vers le parc 640 Sud, où le plus gros investissement est à prévoir, un projet de centre de distribution de Metro de plus de 350 M$, lequel devrait prendre forme dans les mois à venir pour être prêt en 2023. Année durant laquelle la Ville de Terrebonne compte avoir reconfiguré le secteur de la station d'épuration des eaux usées (STEP) La Pinière, tout près, pour pouvoir y accueillir encore plus d’entreprises. « Notre vision est d’accueillir des entreprises qui fourniront Metro et Sobeys, qui s’y trouve déjà. La Ville est en train de monter un plan d’affaires en ce sens », informe le maire de Terrebonne, Marc-André Plante.

Le développement industriel de la municipalité passera ensuite par le parc industriel « Thouin », dans le secteur Lachenaie. Au cours de l’été, le Complexe Enviro Connexions y a fait l’acquisition de terrains en vue d’y développer des activités complémentaires, aux dires du maire. Il avance également qu’un autre gros joueur est entré dans la partie dans la dernière année. Avec la présence de la ligne à 735 kV et du poste de distribution électrique voisin, Hydro-Québec pourrait écouler dans ce secteur les kilowattheures excédentaires dont il dispose, dit-il. Un plan d’affaires est aussi en cours de réalisation pour ce parc.

parcsindustriels2

©Pénélope Clermont

L’usine de Metro, un investissement de plus de 350 M$, devrait prendre forme dans les mois à venir pour être prête en 2023.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média