Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Affaires

Retour

25 novembre 2020

Pénélope Clermont - pclermont@lexismedia.ca

Un coup de pouce pour la pérennité des entreprises

LE REFLET ÉCONOMIQUE // ENJEUX – SERVICES ÉCONOMIQUES

aidepme2

©Pénélope Clermont

Alain Thériault, propriétaire du Restaurant Mme Cécyle, à Mascouche.

La pandémie affecte de nombreuses entreprises québécoises. Pour pallier la situation, les gouvernements ont créé différents programmes d’aide. La MRC Les Moulins gère l’un de ceux-ci depuis la mi-avril : le programme Aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises (PAUPME).

Localement, ce sont 2,6 M$ découlant de deux versements de 1 272 454 $ et de 1 360 003 $ du fonds d’urgence du gouvernement du Québec qui sont accessibles aux entreprises moulinoises, tous secteurs d’activités confondus, incluant les organismes sans but lucratif et les coopératives. Cette aide, sous la forme de prêts pouvant atteindre 50 000 $, vise à soutenir, pour une période limitée, le fonds de roulement des entreprises dont la situation financière est précaire en raison de la COVID-19. L’objectif est de leur permettre de maintenir, de consolider ou de relancer leurs activités.

Depuis le confinement causé par la deuxième vague, un volet Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM) a été ajouté au PAUPME afin de soutenir les entreprises devant cesser en totalité ou en partie leurs activités parce qu’elles sont situées en zone rouge. Le prêt versé pourrait faire l’objet d’un pardon de prêt de 80 %, jusqu’à un maximum de 15 000 $ par mois de fermeture.

« Le mode de remboursement est très flexible et tient compte de la situation particulière de chaque entreprise », salue Pierre Daviault, directeur du Service de développement économique et touristique de la MRC Les Moulins.

Une approche qui guide son équipe lorsqu’elle entre en contact avec les entrepreneurs ayant soumis une demande. « Nous n’analysons pas les dossiers à partir d’un simple formulaire. Nous discutons avec les entrepreneurs pour avoir un portrait global de leur situation et même faire des suggestions pour que les entreprises se portent mieux. C’est vraiment un dialogue que nous établissons », ajoute-t-il avant de souligner la collaboration des élus qui se sont rendus disponibles tout au long de l’été pour assurer un traitement rapide et rigoureux des dossiers.

27 entreprises soutenues

Ce soutien financier est arrivé à point pour plusieurs entreprises de Terrebonne et de Mascouche. À la mi-octobre, 27 d’entre elles s’en étaient prévalues avec un prêt moyen de 39 000 $. Le Restaurant Mme Cécyle, à Mascouche, a pu profiter du PAUPME et a déposé une demande supplémentaire pour l’AERAM « parce que mes besoins seront supérieurs », admet le propriétaire, Alain Thériault.

L’homme s'estime malgré tout chanceux dans les circonstances. Restaurateur depuis trois ans, il commençait à peine à faire des profits au moment où la pandémie a entraîné la fermeture de son commerce, mais il a suffisamment de clients fidèles pour espérer remonter la pente une fois sorti de la zone rouge. Les 30 000 $ reçus du PAUPME vont l’aider à relancer ses activités lorsque les restaurants auront l’autorisation de rouvrir. « Ça peut coûter de 5 000 $ à 10 000 $ seulement en publicité pour attirer les gens le plus tôt possible, fait-il savoir. Le reste payera mes frais fixes et m’aidera à me conformer aux exigences futures pour éviter la propagation du virus. »

La pandémie a causé la faillite du principal fournisseur de Stéphane Rivard en avril. « C’est 99 % de mon chiffre d’affaires qui partait », illustre le propriétaire de Transport Rivard, à Terrebonne. Après quelques semaines d’arrêt, il a pu créer des liens avec d’autres entreprises, Home Depot et KandJu, pour lesquelles il effectue maintenant des livraisons. Manquant de liquidités pour faire croître Transport Rivard, il s’est tourné vers la MRC, qui lui a concédé un prêt de 46 000 $. La somme lui sert pour la location d’un camion, la location d’un entrepôt et l’achat d’équipement. « Le prêt me permet de respirer, de ne pas me stresser et de ne pas utiliser ma marge de crédit », expose l’homme qui se dit aussi en meilleure position pour saisir une occasion d’affaires potentielle, ce qu’un fonds de roulement à sec ne lui donnerait pas la chance de faire.

Le programme Aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises est en vigueur jusqu’au 30 avril 2021. Les informations relatives à ce programme sont accessibles sur le site mrclesmoulins.ca.

aidepme3

©Pénélope Clermont

Le PAUPME a permis à Stéphane Rivard, de Transport Rivard, de mieux respirer au moment où il relançait ses activités.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média