Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

01 décembre 2020

Mélanie Savage - msavage@lexismedia.ca

À quand une connexion digne de ce nom?

2820connexion

©Jean-Marc Gilbert

Il y a quelques jours, ces petits fanions orange ornés du logo de Bell ont été plantés en bordure de la rue Charbonneau, tout près du chemin Saint-Henri.

Parce que Bell ne parvient pas à s’entendre avec des propriétaires de terrains sur l’emplacement d’un poteau qui permettrait l’installation de la fibre optique, quelques dizaines de familles habitant principalement sur le chemin Saint-Henri à Mascouche sont privées d’une connexion Internet digne de 2020, et ce, en période pandémique où le télétravail et l’école à distance peuvent être requis.

« Notre seule option actuelle est d’avoir Internet par satellite. Dès qu’il pleut, qu’il y a des orages ou de la neige, la connexion est extrêmement lente, voire inexistante », déplore Céline Truant, une résidence du secteur. Elle-même appelée à travailler de la maison, elle n’a d’autre choix que d’utiliser les données mobiles de son forfait cellulaire pour pouvoir travailler à distance de façon convenable. Mme Truant et ses voisins, dont certains enfants pourraient devoir faire l’école à distance si des cas de COVID-19 forçaient la fermeture de leur classe, ont décidé d’accentuer la pression auprès de Bell et de la Ville de Mascouche, qui travaillent de concert dans ce dossier.

Depuis deux ans

Pourtant, ce dossier devrait déjà être réglé, puisque Bell a commencé l’installation de la fibre optique dans ce secteur il y a deux ans. Il ne resterait qu’un poteau à poser, près de l’intersection de la rue Charbonneau (un chemin privé), pour finaliser l’installation. Cependant, à quelques reprises, le propriétaire d’une résidence du chemin Saint-Henri a refusé l’accès aux installateurs de Bell. D’abord parce que l’emplacement initialement projeté pour le poteau était situé à la limite de son terrain, mais aussi parce que Bell aurait dû abattre un arbre pour le poser. Rencontré chez lui, le nonagénaire nous explique être en processus de vente de sa maison, et c’est pourquoi il a bloqué l’accès aux représentants du géant des télécommunications. Il n’aurait toutefois aucune objection à ce que le poteau soit installé quelques mètres plus loin, à l’extérieur des lignes de son terrain.

Or, la propriétaire du chemin privé qu’est la rue Charbonneau refuse de signer les documents pour donner son accord à Bell pour le second emplacement suggéré. Jointe au téléphone, elle indique aussi être en train de finaliser la vente de lots et ne pas vouloir nuire à celle-ci en autorisant l’installation d’un poteau en bordure de rue.

Devant ces refus, des installateurs de Bell qui se sont rendus sur les lieux à plusieurs reprises sont chaque fois repartis bredouilles. Conséquence, ce litige dure depuis deux ans, au grand dam de certains résidents du secteur qui considèrent que l’accès à Internet n’est pas un luxe aujourd’hui, mais bien une nécessité.

« Solutions en pourparlers »

Du côté de Bell, on confirme avoir tenté de résoudre le problème à de nombreuses occasions. « Nous continuons à nous faire bloquer l’accès pour installer les équipements nécessaires pour étendre notre réseau à un plus grand nombre de résidents du chemin Saint-Henri. Nous travaillons en étroite collaboration avec la Ville pour mener à bien ce projet dans les plus brefs délais », indique Caroline Audet, gestionnaire principale des relations avec les médias.

À la Ville de Mascouche, on souligne que le Service du greffe « a joué le rôle de bon entremetteur » entre Bell et les propriétaires visés, mais que le résultat n’a pas été concluant jusqu’à présent. « Maintenant, il y a une solution en pourparlers avec Bell qui lui permettrait de donner accès au service aux citoyens de ce secteur sans passer sur les terrains des citoyens qui ne le veulent pas. C’est en évaluation », souligne la conseillère en communications Isabelle Gagné.

Quelques semaines plus tôt, elle indiquait que ces procédures judiciaires avaient été entamées par la Ville. « Notre but est d’aider Bell à implanter le service afin que les citoyens de ce secteur puissent avoir un bon accès à Internet. »

Est-ce que le couvre-feu a un impact sur votre quotidien?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média