Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

04 décembre 2020

Le réseau de la santé abandonné, selon Luc Thériault

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE FÉDÉRALE

3020misejour

©Archives

Luc Thériault, député de Montcalm pour le Bloc Québécois.

Le député bloquiste de Montcalm, Luc Thériault, et son chef, Yves-François Blanchet, ont dénoncé la mise à jour économique fédérale qui abandonne le réseau de la santé du Québec en pleine deuxième vague de COVID-19, considèrent-ils.

En plus de déplorer l’absence d’une hausse des transferts en santé et l’absence de soutien pour les aînés, qui sont les plus touchés par la pandémie et les mesures de confinement, disent-ils, le Bloc Québécois reproche au gouvernement fédéral de privilégier l’imposition de normes fédérales pour les centres de soins de longue durée. « Essentiellement, les libéraux veulent donner des leçons sans donner au Québec et aux provinces les moyens financiers d’offrir des soins de qualité aux aînés. C’est de l’argent prévisible dont le réseau de la santé a besoin, et Ottawa se désiste de ses responsabilités », a reproché M. Thériault. Le parti avait également demandé une bonification permanente de 110 $ par mois de la pension de vieillesse pour soutenir les aînés durement éprouvés par la crise sanitaire et déplore qu’ils soient complètement ignorés.

Le déficit et les générations futures

Alors qu’Ottawa annonce un déficit de 381 G$, le Bloc Québécois insiste sur la nécessité de créer immédiatement un comité spécial pour étudier l’ensemble des dépenses liées à la COVID-19. « C’est normal qu’il y ait un coût, reconnaît le député en faisant référence aux programmes d’aide, mais il ne faut pas sortir l’ampleur du déficit de la réflexion comme le font les libéraux parce que c’est un héritage coûteux à laisser aux générations futures. À la lumière de cette insouciance, du scandale We Charity et de l’octroi de contrats douteux valant des centaines de millions, il y a urgence de créer le comité spécial promis par le gouvernement pour s’assurer que l’argent des contribuables est utilisé pour les bonnes raisons : aider les Québécois. »

Ottawa échoue à mettre en place une relance verte comme le propose le Bloc Québécois, selon Luc Thériault. « La section sur l’environnement est l’une des plus minces de toute la mise à jour. Le fédéral rate l’occasion de passer au 21e siècle, de créer des emplois et de relancer l’économie en passant par les énergies propres, la recherche et le développement économique régional. Il s’en tient plutôt à nous annoncer encore qu’il va, peut-être un jour, planter des arbres », a-t-il dénoncé.

Soutien aux industries durement frappées

Quant au Programme de crédit pour les secteurs durement touchés annoncé par le gouvernement, le Bloc attend toujours les détails. « Nous sommes au huitième mois de la pandémie et le fédéral nous dit qu’il n’est pas encore prêt à venir en aide au tourisme, à l’hôtellerie, aux arts et à la culture, aux grands événements et plus encore. Nous constatons également qu’Ottawa n’annonce toujours pas de soutien pour l’aérospatiale. Il y a décidément encore énormément de travail à faire pour les industries les plus durement frappées par la COVID », a martelé M. Thériault avant d’enchaîner sur l’imposition de la facturation de la TPS pour les géants du Web dès le 1er juillet 2021 et l’obligation d’imposer leurs revenus en sol canadien d’ici 2022, mesures qu’il accueille favorablement. « Il n’y a toutefois pas de raison d’attendre, nuance-t-il. Ottawa a le pouvoir d’agir. Il doit le faire maintenant, alors que la culture et l’économie du Québec souffrent de la pandémie pendant que les géants du Web engrangent des profits record. Ils doivent participer à la relance. » (PC)

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média