Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

09 décembre 2020

Pénélope Clermont - pclermont@lexismedia.ca

Exploitation sexuelle des mineurs : une prise de conscience s’impose

3020exploitation1

©Émilie Nadeau

Lucie Lecours, députée de Les Plaines, remettant au premier ministre du Québec, François Legault, le rapport de la Commission spéciale sur l'exploitation sexuelle des mineurs.

La députée de Les Plaines, Lucie Lecours, a déposé, le 3 décembre à l'Assemblée nationale, le rapport de la Commission spéciale sur l'exploitation sexuelle des mineurs qu’elle présidait. Un rapport qui s’inspire de « témoignages crève-cœur », dit-elle avant de lancer un message clair : « Il faut, avant toute chose, casser la demande pour les services sexuels de mineurs. »

Réalisé avec l’appui de tous les partis, le rapport qui découle de 18 mois de travaux exhorte à la fois les autorités et la population à s'engager activement dans la lutte contre l'exploitation sexuelle des mineurs. Ses recommandations sont regroupées sous cinq grands thèmes : la documentation du phénomène, la sensibilisation, la prévention, la répression des clients-abuseurs et des proxénètes, ainsi que la reconstruction des victimes. Et toutes les recommandations sont importantes, aux dires de Mme Lecours, puisqu’elles couvrent tous les aspects de ce qu’elle qualifie de fléau.

Un fléau qui, sans être accepté, arrive à s’insinuer à travers des pratiques courantes. Un passage de l’extrait du rapport l’illustre bien : « S’il peut être facile de blâmer le client pour ses agissements, il faut aussi se demander comment, comme société, nous en sommes arrivés là : sortir aux danseuses pour un anniversaire de 18 ans; faire venir une escorte pour un enterrement de vie de garçon; écouter en ligne de la pornographie mettant en scène des jeunes femmes. Ce sont tous des comportements socialement acceptables », mentionne Catherine Proulx, réalisatrice, et Karine Dubois, productrice et recherchiste, du balado Trafic : À la recherche du client. Or, ce sont des pratiques pour lesquelles il est connu que des mineurs se font exploiter.

Sensibilisation et répression

Une vaste campagne de sensibilisation est donc conseillée. On recommande aussi de former les milieux susceptibles d’accueillir de jeunes victimes et de mieux informer ces dernières quant à leurs droits. La Commission recommande que le gouvernement du Québec crée un sceau « Non à l’exploitation sexuelle des mineurs » et en fasse la promotion notamment auprès de l’industrie hôtelière, des festivals et de grands événements afin que ceux-ci ouvrent l’œil et agissent en tant qu’alliés. Elle suggère aussi que le financement des organismes luttant contre l’exploitation sexuelle des mineurs se fasse par mission plutôt que par projet, et qu’il soit bonifié.

Par ailleurs, la Commission souhaite que Québec demande au gouvernement fédéral d’autoriser l’imposition de peines consécutives pour les trafiquants de la traite de personnes âgées de moins de 18 ans. Le gouvernement provincial devrait également, selon la Commission, suggérer au fédéral de proposer une modification au Code criminel afin d’ajouter l’ensemble des crimes liés au proxénétisme aux activités visées par la confiscation des produits de la criminalité, et de diminuer la pression sur les victimes en retirant l’étape de l’enquête préliminaire lors d’accusations d’exploitation sexuelle des mineurs et de traite de personnes.

« Ce qui m’a surtout [frappée], c’est que ce ne sont pas que les familles moins bien nanties qui vivent cette problématique. Ce sont des gens qui ont une bonne position et qui travaillent fort; une famille "normale" à qui ça peut arriver pour différentes raisons. C’est donc l’ensemble de la population qui pourrait être affectée par ce fléau », conclut la députée de Les Plaines.

Toute l’information entourant le rapport se trouve au assnat.qc.ca/commissionspeciale.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média