Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culturel

Retour

11 décembre 2020

Pénélope Clermont - pclermont@lexismedia.ca

« La divine providence » se poursuit « dans la lumière »

3120divine

©Courtoisie

Jocelyne Gagné présentant la première partie du troisième tome de sa série littéraire.

Le 7 décembre en soirée, devant un décor de Noël, Jocelyne Gagné a déballé devant ses lecteurs réunis sur Facebook la première partie du troisième tome de La divine providence, s’intitulant Dans la lumière.

C’est un message positif et plein d’espoir que souhaite transmettre l’autrice de Terrebonne avec le premier volet de ce troisième épisode, lequel voit le jour cinq ans après le premier tome et quatre après le deuxième. « Judith a persévéré et a réalisé son rêve. Elle a trouvé des solutions en ne s’arrêtant pas aux problèmes », a confié Mme Gagné à propos du personnage principal.

Dans la lumière oscille entre drame et comédie sentimentale, alors que l’auberge fondée par l’indépendante Judith affiche complet chaque soir. Pendant que tout va pour le mieux, son passé la rattrape et des tensions menacent d’éclater au sein de l’équipe. En plongeant dans la lecture du journal intime de sa grand-mère, Judith va comprendre que, pour chaque grande souffrance, on reçoit toujours quelques grâces de la providence. Ce récit enchâssé transporte le lecteur à l’époque de la Seconde Guerre mondiale, et si les émotions fortes et dures sont présentes, le rire et la gourmandise le sont aussi, promet la créatrice.

L’écriture au quotidien

Écrivaine acharnée, Mme Gagné tient le blogue Plume d’oie, sur lequel elle publie des chroniques consacrées aux « petits riens » du quotidien et à la beauté de la vie. Quand elle ne travaille pas comme adjointe administrative, elle consacre trois heures par jour au parachèvement de sa trilogie, dont les deux premiers tomes ont obtenu « un joli succès au Québec et en Europe », dit-on. Le troisième tome contenait au départ 750 pages; l’inspiration a certes été au rendez-vous. « J’ai pensé au poids qu’il aurait dans les sacs à main et je me suis dit que les lectrices auraient mal à l’épaule et qu’elles n’allaient pas m’aimer, a-t-elle fait savoir durant le lancement. J’ai donc décidé de faire deux parties. »

« Ce n’est pas juste un livre, ce sont des moments de tranquillité, de rires, de prise de conscience, de paix… Ce sont des soirées non pas de confinement, mais de liberté. Libérez-vous de vous-mêmes avec mes mots. Faites-vous du bien en les lisant comme je l’ai fait en les écrivant », a-t-elle dit en conclusion de son lancement virtuel.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média