Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

14 décembre 2020

Jean-Marc Gilbert - jmgilbert@lexismedia.ca

Les policiers prêts à serrer la vis

À LA DEMANDE DU GOUVERNEMENT

3120police

Les policiers distribueront des contraventions à ceux qui ne respecteront pas les mesures sanitaires pendant la période des Fêtes.

Comme demandé par le gouvernement, les services de police de Terrebonne et de Mascouche sont prêts à sévir en distribuant des contraventions aux gens qui défieront les mesures sanitaires pendant les Fêtes, par exemple l’interdiction de tenir des rassemblements en zone rouge.

Le premier ministre du Québec, François Legault, et le ministre de la Santé, Christian Dubé, ont été on ne peut plus clairs lors d’un récent point de presse. « J’ai demandé aux policiers de donner plus de contraventions. Ce n’est pas vrai qu’une minorité va mettre en danger la majorité des Québécois […] Ça va faire », a martelé le premier ministre. « La période des avertissements est terminée. Ce sera des contraventions », a ajouté M. Dubé.

Questionnés à la suite de cette annonce, les deux corps policiers locaux affirment d’emblée que la grande majorité de la population respecte les règles et ont bon espoir que ce sera aussi le cas pendant la période des Fêtes. Sinon, les contrevenants devront s’attendre à recevoir la visite des policiers et ils ne pourront plaider l’ignorance. « Il faut comprendre que certaines règles sont en vigueur depuis longtemps (rassemblements, port du masque et distanciation sociale). Donc les gens qui ne s’y conforment pas risquent effectivement de se voir remettre un constat d’infraction », précise le capitaine Joël Lamarche, de la police de Terrebonne, ajoutant que des effectifs supplémentaires seront déployés. « Nos policiers doivent appliquer de manière stricte la Loi sur la santé publique », ajoute André Pyton, directeur adjoint de la police de Mascouche, tout en admettant « qu’une fois sur le terrain, il peut parfois y avoir des zones grises ». C’est pourquoi le pouvoir discrétionnaire demeure, souligne la police de Terrebonne.

Plusieurs moyens

Les policiers interviendront en fonction des différentes observations qu’ils feront lors de leur patrouille régulière. Par exemple, ils pourraient décider d’aller cogner à la porte d’une résidence s’ils voient un grand nombre de voitures devant celle-ci et qu’ils ont de bonnes raisons de croire qu’un rassemblement illégal s’y tient.

Pas question toutefois de pénétrer dans une résidence sans mandat si les occupants refusent. « Le Code de procédure pénal ne le permet toujours pas et on doit le respecter », soutient M. Lamarche. « Si les gens nous invitent à entrer ou si nous nous rendons à un endroit pour un autre motif nous permettant légalement d'entrer, nous pouvons le faire », nuance M. Pyton.

Les deux corps policiers disent faire confiance au jugement de la population en ce qui a trait aux dénonciations. « On encourage tout le monde à respecter les mesures sanitaires pour que le temps des Fêtes soit agréable pour tous », conclut M. Pyton. 

Les 8 M$ ayant été refusés par le propriétaire, combien Terrebonne aurait-elle dû offrir pour acquérir le Golf Le Boisé?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média