Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

16 décembre 2020

Pénélope Clermont - pclermont@lexismedia.ca

Les élus réclament une antenne du REM dans le sud de Lanaudière

3120rem

©Archives - Pénélope Clermont - La Revue

Les maires du sud de Lanaudière réclament la réalisation d’une étude de faisabilité portant sur le prolongement du REM dans la partie est de la couronne nord ainsi que sur l’avenir du train de la Ligne de Mascouche.

Alors que le gouvernement du Québec et la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) ont confirmé, le 15 décembre, que le Réseau express métropolitain (REM) allait être prolongé jusque dans l’arrondissement Pointe-aux-Trembles, dans l’est de Montréal, incluant une antenne en direction de Montréal-Nord, les maires du sud de Lanaudière réclament un nouveau tracé desservant leurs municipalités.

Dans un communiqué conjoint, les élus des MRC Les Moulins et de L’Assomption conviennent que l’annonce gouvernementale « améliorera de manière significative la mobilité des usagers montréalais ». Ils estiment toutefois qu’à l’heure actuelle, le projet du REM favorise essentiellement les Montréalais, « ce qui ne respecte pas l’esprit d’une vision véritablement métropolitaine en termes de mobilité durable », exposent-ils, le projet ne prévoyant pas, dans sa planification, rejoindre la ligne exo5 Mascouche pour ainsi « corriger une grande partie de la congestion routière devenue insoutenable dans ce secteur », ajoutent-ils.

Concrètement, les maires réclament une étude de faisabilité portant sur le prolongement du REM dans la partie est de la couronne nord ainsi que sur l’avenir du train de la Ligne de Mascouche. À ce titre, ils sollicitent une rencontre urgente avec le premier ministre du Québec, François Legault, pour mettre sur pied un comité de travail réunissant les municipalités des deux MRC, le ministère des Transports (MTQ), la CDPQ Infra et l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM).

En complémentarité avec le train

« De toute évidence, les travaux du REM ont grandement fragilisé la Ligne de Mascouche. Avec la fermeture du tunnel du mont Royal, la situation s’est détériorée davantage pour les usagers, qui ont vu leur temps de parcours s’allonger de façon substantielle. C’est pourquoi il est important de s’assurer que le déploiement et la mise en service du REM se fassent en complémentarité avec le service offert aux utilisateurs du train de la Ligne de Mascouche, et non en opposition à celui-ci. Il est plus que jamais nécessaire de rendre plus attrayant ce mode de transport pour celles et ceux qui souhaitent l’adopter », commente le maire de Mascouche et préfet de la MRC Les Moulins, Guillaume Tremblay.

« Il est tout à fait légitime de nourrir l’ambition d’offrir à nos citoyens un mode de transport collectif structurant, qui est actuellement déficient sur notre territoire. En ce sens, notre demande de mener une étude de faisabilité pour confirmer la pertinence d’intégrer un nouveau tracé du REM dans la partie est de la couronne nord doit être absolument priorisée dans la planification gouvernementale en matière de mobilité durable. Ne pas considérer cette option serait une grave erreur considérant que notre territoire a enregistré les plus fortes augmentations démographiques et de création d’emplois depuis les 20 dernières années », mentionne pour sa part le maire de Terrebonne, Marc-André Plante.

Notons que la MRC Les Moulins et les villes de Terrebonne et de Mascouche, notamment, ont voté une résolution résumant la demande formulée.

Par ailleurs, dans son Plan stratégique de développement (PSD) du transport collectif, lequel fait l’objet d’une consultation publique actuellement, l’ARTM évoque l’étude d’un accès direct au centre-ville de Montréal de la ligne de train de Mascouche, de même que l’étude de « projets structurants de transport collectif électrique » pour relier l’est (depuis Repentigny), le nord-est et le sud-ouest de Montréal au centre-ville. Il est également prévu de mettre en place des mesures préférentielles pour bus, notamment des voies de desserte, sur les autoroutes 640, 40 et 25. Les élus prévoient présenter un mémoire en janvier dans le cadre de la consultation publique sur le PSD. Lisez l’article pour en savoir plus.

Les 8 M$ ayant été refusés par le propriétaire, combien Terrebonne aurait-elle dû offrir pour acquérir le Golf Le Boisé?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média