Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

17 décembre 2020

Mélanie Savage - msavage@lexismedia.ca

Pas de PCRE pour les nouvelles mères qui perdent leur emploi

3120theriault

Luc Thériault croit que le gouvernement devrait confirmer que les femmes qui perdent leur emploi au terme de leur congé parental sont bel et bien admissibles à la PCRE.

Le député de Montcalm, Luc Thériault, s’insurge contre la lenteur du gouvernement fédéral à régler la problématique vécue par les nouvelles mères qui perdent leur emploi à la fin de leur congé parental et qui n’ont droit à aucun soutien.

En réponse à une intervention en Chambre de la porte-parole du Bloc Québécois en matière de Travail, Louise Chabot, la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées, Carla Qualtrough, a mentionné que le gouvernement reconnaissait le problème et qu’il « travaillait fort à trouver une solution », selon ce que rapporte M. Thériault. Le député précise que, bien que la loi fédérale de mise en œuvre de la Prestation canadienne de relance économique (PCRE) énonce clairement que les prestations d’assurance parentale sont des revenus admissibles pour l’obtention de la PCRE, cet élément ne semble pas pris en compte par les fonctionnaires qui l’appliquent.

« Je ne vois pas ce qu’il y a de si compliqué, la loi est déjà rédigée de manière à ce que les prestations du Régime québécois d’assurance parentale (RQAP) soient incluses dans les revenus nécessaires pour être admissibles à la Prestation canadienne de relance économique. C’est très clair. Il faut simplement que le gouvernement confirme que ces femmes sont bel et bien admissibles à la PCRE. C’est tout! » dénonce le M. Thériault, qui considère de ce fait que le régime d’assurance-emploi n’est pas adapté à la réalité des femmes qui souhaitent à la fois être mères et être présentes sur le marché du travail.

« Le vrai problème, c’est que les femmes qui donnent naissance devraient avoir le droit aux prestations si elles se retrouvent sans emploi sans le vouloir après leur congé parental. C’est complètement aberrant », conclut-il. (PC)

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média