Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

13 janvier 2021

Pénélope Clermont - pclermont@lexismedia.ca

La qualité de l’air dans les écoles préoccupe toujours

3421sermNEW

Le président du Syndicat de l’enseignement de la région des Moulins, Jean-Louis Bray, demande que soit réalisée une analyse plus complète de la qualité de l’air dans les écoles.

Le 11 janvier, les élèves du primaire retrouvaient les bancs d’école, trois jours après que le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, eut détaillé les mesures entourant leur retour en classe. Le président du Syndicat de l’enseignement de la région des Moulins (SERM), Jean-Louis Bray, s’est dit satisfait des mesures annoncées, mais il reste toutefois préoccupé par la qualité de l’air dans les écoles.

Rappelons que le rapport du groupe d'experts concernant la ventilation et la transmission de la COVID-19 en milieu scolaire et en milieu de soins, diffusé vendredi, ne recommande pas l'installation de purificateurs d'air mobiles dans les classes. On suggère plutôt d'aérer régulièrement les pièces occupées en ouvrant les fenêtres deux fois par jour, de 10 à 15 minutes, et d'ouvrir les portes et les fenêtres 30 minutes avant et après les classes.

Or, cette conclusion ne rassure pas M. Bray, qui demande une analyse plus complète de la situation, rétorquant que, sur le territoire du Centre de services scolaire des Affluents, on a évalué la ventilation de quatre établissements. Il cite ces derniers comme étant le Centre de formation professionnelle des Moulins et le Centre l’Avenir, à Terrebonne, l’école secondaire du Coteau, à Mascouche, ainsi que l’école primaire Louis-Joseph-Huot, à Repentigny. « Sur les 71 établissements scolaires, c’est assez faible comme échantillon, illustre-t-il. On a de très vieilles écoles qui n’ont pas été analysées. Ce n’est pas rassurant pour le personnel et les élèves. […] C’est un enjeu de santé qu’il faut gérer rapidement. Il faut poser toutes les actions pour assurer la sécurité des enseignants, des élèves et de leurs familles. »

Le président du SERM convient que le ministre a dit vouloir effectuer des tests dans toutes les écoles, « mais combien de temps ça va prendre, on ne le sait pas », souligne-t-il, alors que la situation demande une action rapide.

Des mesures satisfaisantes

En lien avec le dévoilement des mesures annoncées vendredi par M. Roberge, le SERM salue par ailleurs le report du bulletin et le changement de pondération des étapes qui enlèveront de la pression sur les élèves et les enseignants. « Nous avions demandé de revoir les savoirs essentiels, ce que le ministère devrait faire sous peu, nous permettant de nous concentrer sur les apprentissages en cette année particulière », poursuit M. Bray.

Quant à l’ajout de ressources pour mettre en place un service de tutorat et un forum pédagogique en ligne, le président juge qu’elles seront les bienvenues dans le réseau et espère qu’on répondra favorablement à l’appel du ministre. Cependant, celles-ci arrivent un peu tardivement, croit-il, puisqu’il « était évident que la présente année scolaire serait exceptionnelle et nécessiterait des ajouts de services et d’accompagnement pour les élèves ».

La pandémie pèse sur le personnel enseignant, et le président se réjouit qu’on reconnaisse leurs services comme essentiels. « Leur offrir le vaccin de façon prioritaire en rassure plus d’un », témoigne M. Bray, qui ajoute toutefois au passage que « la lenteur de la négociation de leurs conditions de travail ne fait qu’accentuer le poids déjà bien présent sur les épaules des enseignants ».

Est-ce que le couvre-feu a un impact sur votre quotidien?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média