Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Affaires

Retour

14 janvier 2021

Pénélope Clermont - pclermont@lexismedia.ca

Sandra Filopoulos : femme d’affaires, femme de cœur

TOP 100 2020 DES FEMMES LES PLUS INFLUENTES DU CANADA

3421filo1

©Courtoisie

Sandra Filopoulos, ici en compagnie de son partenaire Thierry Serruya, n’en est pas à une première récompense. En novembre 2019, elle recevait le prix Affaires au féminin remis par la Chambre de commerce et d’industrie Les Moulins, en plus d’avoir été finaliste aux Prix des femmes d’affaires du Québec comme Nouvelle entrepreneure la même année.

Reportage publicitaire

Enfant curieuse qui n’avait pas la langue dans sa poche, Sandra Filopoulos s’est plus d’une fois fait reprocher les nombreuses questions qu’elle posait et l’assurance dont elle faisait preuve. Sa grand-mère maternelle et sa mère lui disaient alors de rester authentique et de ne pas laisser ces gens freiner son potentiel; un jour, elle allait faire sa place. Les deux femmes ne croyaient pas si bien dire. L’entrepreneure fait aujourd’hui partie du Top 100 2020 des femmes les plus influentes du Canada du Women's Executive Network.

C’est dans la catégorie « Entrepreneures BMO » que la cofondatrice et vice-présidente des ventes de Filo Import inc. s’est démarquée parmi un groupe sélect de 14 femmes. « Je reçois ce prix avec tellement de gratitude! » se réjouit d’entrée de jeu la femme d’affaires qui jamais n’aurait cru accéder à pareil honneur, d’autant plus que ce dernier a notamment été accordé à des femmes comme la dragonne Danièle Henkel par le passé.

Le parcours de Mme Filopoulos est aussi remarquable qu’inusité. Infirmière de formation et de profession, elle a été représentante pour des compagnies médicales, réalisant un MBA en leadership au passage, avant de se lancer en affaires. Elle-même étonnée d’avoir eu « toutes ces vies », elle se rend toutefois compte avec le recul qu’elle a toujours été entrepreneure à sa manière. « Au début de ma carrière, pour payer mes études, je travaillais de nuit parce que je recevais une prime; j’étais consultante externe parce que j’étais rémunérée en extra; et je travaillais pour des agences parce qu’on me payait bien mieux. Je l’avais déjà en moi et je saisissais toutes les opportunités que je pouvais », expose celle qui possède un imposant bagage de formations.

Filo Import : quatre ans de croissance

C’est aujourd’hui au profit de Filo Import que Sandra Filopoulos part à la quête d’opportunités, et ce prix qu’elle a remporté en décembre, elle le partage avec son partenaire d’affaires, Thierry Serruya. « C’est aussi grâce à lui que je suis ici aujourd’hui », fait-elle savoir quatre ans après qu’ils eurent fondé ensemble l’entreprise de Terrebonne. Thierry était dans l’import-export depuis 20 ans déjà quand ils ont donné vie à leur projet commun.

Spécialisée dans la conception et la distribution d’accessoires et de jouets pour enfants, Filo Import possède entre autres des licences pour les produits de Disney, de la Pat Patrouille et de Fisher Price. L’entreprise dessert un peu plus de 700 pharmacies et magasins indépendants ainsi que 40 clients majeurs parmi lesquels on retrouve Walmart, qui distribue 16 de ses produits licenciés. Depuis sa fondation, ses ventes ont augmenté de plus de 7 000 %.

Parallèlement, par l’entremise d’une autre division, Filo Sport Pro, l’entreprise développe des équipements de sports et de loisirs, notamment les bouteilles d’eau NERO (qui signifie « eau » en grec), pour lesquelles elle dispose de deux brevets, un pour la technologie et un autre pour le design. Depuis un an environ, ces bouteilles sont distribuées au Québec, surtout dans des boutiques indépendantes, mais également à travers douze pays.

Comme tous les entrepreneurs, Sandra Filopoulos et son associé ont dû s’adapter à la nouvelle réalité entourant la COVID-19, entre autres en restructurant l’entreprise afin de la modeler au marché et d’obtenir des retours d’investissements rapides. Les ventes ont ainsi pu continuer d’augmenter et deux boutiques en ligne, pour les jouets et les produits sportifs, ont été créées. « Malgré les montagnes russes que nous traversons, je me sens tellement bien dans ma peau! Pour être entrepreneur, il faut aimer les défis et faire ce qu’on a à faire », résume simplement la femme d’affaires.

3421filo2

©Courtoisie

L’entrepreneure est fière de faire rayonner la communauté d’affaires de la MRC Les Moulins en ayant été nommée parmi les 100 femmes les plus influentes du Canada du WXN en 2020.

Humanité et intégrité

Si sa vie d’aujourd’hui ne ressemble en rien à sa vie d’avant, Sandra Filopoulos reconnaît que le métier d’infirmière n’est pas si loin de ce qu’elle fait au quotidien : servir ses clients avec le plus d’humanité et d’intégrité possible. Des valeurs qui lui sont chères. « Au début, on me conseillait de ne pas être trop gentille parce que, comme ils disaient en anglais : "They’re going to eat you alive". Je suis une bonne personne, mais je ne suis pas niaiseuse. Il s’agit simplement de traiter les gens comme on aimerait être traité. Je pense qu’une partie de mon succès vient de là », témoigne celle qui s’est aussi toujours fait un devoir de redonner à sa communauté, notamment à la Fondation de l'Hôpital de Montréal pour enfants, à la Fondation du cancer du sein du Québec, à la Fondation Charles-Bruneau ainsi qu’à Procure, pour lequel elle effectue du soutien téléphonique en tant qu’infirmière.

« Ça m'assure de garder mon permis d’exercer et surtout, de me garder "groundée" face à la réalité, expose-t-elle. Peu importe notre situation, on n’est jamais à l’abri de la maladie », ajoute la mère de famille qui a vu son fils naissant, Emmanuel, passer 41 jours aux soins intensifs de l’Hôpital de Montréal pour enfants à la suite d’une délicate chirurgie cardiaque.

L’objectif ultime

C’est d’ailleurs son fils qui est la source de tout ce qu’elle réalise depuis qu’elle a quitté une confortable carrière comme représentante médicale pour se lancer en affaires. « Au chevet d’Emmanuel, j’ai dit à mon conjoint que j’aimerais un jour offrir à l’hôpital une machine ou un appareil à la fine pointe de la technologie qui lui serait utile pour donner de meilleurs soins aux enfants », relate celle qui ne voyait alors qu’une manière d’y arriver : fonder une entreprise avec son conjoint et l’amener au sommet pour réaliser son but. C’est ce qu’elle est en train d’accomplir avec Filo Import.

Il y a donc aussi une grande partie de son fils dans ce prestigieux prix. Comme il y a une partie de sa grand-mère maternelle, qui a toujours encouragé sa petite-fille à être consciencieuse et à croire en ses rêves.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média