Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Opinion

Retour

20 janvier 2021

Gilles Bordonado - gbordonado@lexismedia.ca

Sauvetage

LIBRE OPINION

Gilles Bordonado

Gilles Bordonado, éditeur de La Revue

Le dépôt d’une demande de démolition de la Globe Shoe, sur la rue Chapleau dans le Vieux-Terrebonne, par son propriétaire a créé toute une commotion. Comme cela a été le cas pour la Moody sur Saint-Louis, le maire Marc-André Plante a dû rassurer les protecteurs du patrimoine et le voisinage : on n’autorise pas une telle opération.

Toute la question de la requalification des anciens secteurs ou édifices au potentiel patrimonial n’est pas une mince affaire. La Municipalité, qui doit se faire l’arbitre entre les promoteurs et les citoyens, n’a pas la tâche facile, et les dossiers, inévitablement, traînent en longueur. Dans le cas de la Globe Shoe, comme dans celui de la Moody, la dégradation des édifices concernés doit être abordée. Outre d’avoir investi pour acheter ces bâtiments, les propriétaires doivent les entretenir à grands frais. On n’a qu’à voir ce qu’il en coûte pour maintenir nos églises pour le comprendre.

À mon avis, ces promoteurs veulent faire leur bout de chemin, mais ils ne pourront pas « casquer » éternellement. Les avis de démolition sont sûrement des électrochocs pour faire avancer leurs projets non dévoilés au public.

Le milieu s’oppose avec raison à la démolition; c’est tout à fait légitime alors qu’il reste bien peu de vestiges de notre histoire. Cependant, si ces édifices demeurent à l’abandon, on ne sera pas plus avancé. Tant que le gouvernement du Québec ne mettra pas de l’avant des aides financières concrètes, je vois mal la Ville de Terrebonne acquérir tous les édifices à valeur patrimoniale du Vieux-Terrebonne pour en faire des salles d’exposition et des centres d’interprétation de l’histoire locale. Dans ces cas, comme dans celui plus récent de l’ex-restaurant Le Folichon, ce n’est clairement pas Québec ni la Municipalité qui ont l’intention ou les moyens de se lancer dans des travaux de revitalisation des édifices anciens. Il faudra donc que tout le monde y mette du sien pour que ces édifices soient sauvés, le promoteur en premier lieu. Ce qui ne veut pas dire qu’il faille accepter n’importe quoi.

Il y a quelques années, le propriétaire de la Globe Shoe, sous l’impulsion de l’administration Robitaille, avait déposé un projet très ambitieux, peut-être trop, qui avait été rejeté par les citoyens du quartier par référendum. Cette initiative sur plusieurs étages était à mon avis mort-née et je m’explique mal comment l’administration Robitaille a pu pousser le promoteur à la mettre de l’avant.

Disons les choses comme elles sont, sans Construction Vilan, est-ce que l’ex-Folichon aurait été sauvé? Permettez-moi d’en douter. Les anciens propriétaires n’avaient ni l’intérêt ni l’expertise pour rénover cet édifice patrimonial. Le Xavier est un point de départ qui pourrait inspirer la mise en place de projets acceptables socialement pour la Moody et la Globe Shoe, si on mise cependant sur une plus grande consultation. Ce processus pourrait par extension s’appliquer aux terrains de l’hippodrome de Lachenaie et, qui sait, de l’ancien Golf Le Boisé. Seul un travail d’équipe permettra de mettre en place les meilleures solutions.

Commentaires

25 janvier 2021

June Snodgrass

En voyant la bâtisse GLOBE SHOE, je verrais au sous-sol avec une bonne isolation préventif contre l'eau, pour des locaux-storage pour qui en a besoin, en location ou espace achetée. Au deux étages - pourquoi pas des petits appartements pour aider les sans-abris, des locaux d'accueil pour les associations d'aide au démunis. Un endroit pour les aider socialement et pour leur besoins-santé. Tout le monde a le droit de s'en sortir, mais avec de l'aide. Pour Moody - sur la rue St-Louis: quelques-chose multi-fonctionnels. Une grande bâtisse qui pourrait avoir une section d'un stationnement sur étages pour 50 à 100 autos pour que les gens puisse aller visiter le Vieux Terrebonne, ses restaurants, le Théâtre. Avec service - navette? Est-ce que les employés des commerçants pourraient être intéressés à ce service en payant pour une vignette? Montréal aurait dû en avoir comme dans quelques grandes villes aux États (j'en ai vue à Philadelphie). Il y en a à Montréal, au port mais pas assez de places, la Ville très engorgée de beaucoup d'édifices sans espaces pour avoir de ces établissements de stationnement. La bâtisse MOODY devrait avoir un mur mitoyen en ciment attachant l'autre partie qui pourrait y avoir un petit centre commercial avec des locaux pour un magasin "générale" avec les items "dépannage": exemple comme on voit au stations de service mais en incluant quelques items sanitaires (voir sections des pharmacies) - des items "dépannage". Il y aurait des revenus. Accessible pour tous. L'Église St-Louis de France - fondation de Terrebonne. Quelques personnages historique sont enterrés au sous-sol de l'église. = PATRIMOINE

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média