Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

12 février 2021

Jean-Marc Gilbert - jmgilbert@lexismedia.ca

L’emprunt bondit de 20 M$ à 67 M$

STATION D’ÉPURATION DES EAUX USÉES LA PINIÈRE

3921epuration

©Courtoisie

La Ville de Terrebonne doit emprunter plus de trois fois le montant prévu en 2014 pour la construction de la nouvelle usine d’épuration des eaux usées La Pinière.

C’est un montant de plus de 67 M$ plutôt que les 20 M$ prévus il y a quelques années que la Ville de Terrebonne devra emprunter pour payer les travaux de construction de la nouvelle station d’épuration des eaux usées La Pinière, dans l’ouest de son territoire.

Un avis de motion confirmant les montants ainsi qu’une modification du terme de l’emprunt à 20 ans a été donné lors de la séance du conseil municipal du 8 février.

La Ville savait déjà depuis un certain temps que le montant devait être révisé, et le tout avait été prévu au programme triennal d’immobilisations (PTI) 2021-2023 adopté à la fin de 2020.

Appelé à commenter ce bond important, le maire Marc-André Plante soutient que le règlement d’emprunt de 20 681 800 $ adopté par l’administration Robitaille en septembre 2014 était basé sur une étude qui sous-estimait de façon importante les coûts associés aux travaux. « C’était une étude bâclée », insiste-t-il, mentionnant que la technologie choisie pour le remplacement (un réacteur de type boues activées à aération prolongée) est la plus répandue dans le monde municipal, et que l’estimation des coûts effectuée par la firme FNX-INNOV et le directeur du génie et de l’environnement de la Ville, l’automne dernier, est plus réaliste.

La construction de l’usine et sa mise en service devraient donc coûter 50 978 584 $, selon les documents que nous avons pu consulter, ce à quoi il faut ajouter 35 % de frais de règlements (financement, surveillance des travaux et autres), portant le total du règlement d’emprunt à 67 766 800 $.

Dépenses aujourd’hui, revenus demain

Le maire souligne toutefois qu’un règlement d’emprunt n’est pas un chèque en blanc pour dépenser l’entièreté du montant.

Par ailleurs, puisque la station sera beaucoup plus petite tout en étant plus performante, selon le premier magistrat, il y aura des bénéfices économiques à long terme à libérer certains terrains. « Ce sont environ trois millions de pieds carrés que nous allons libérer dans un secteur adjacent à un nouveau parc industriel. Aujourd’hui, on voit une grosse dépense, mais il faut penser aux revenus que pourront générer ces trois millions de pieds carrés en zone industrielle », conclut le maire Plante.

Que pensez-vous de la hausse importante des permis de construction?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média