Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

16 février 2021

Jean-Marc Gilbert - jmgilbert@lexismedia.ca

Philippe Maillet atteint la LNH à 28 ans

3921maillet

©Capitals de Washington

Philippe Maillet s’est toujours accroché à son rêve de jouer dans la Ligue nationale de hockey, ce qu’il a réalisé le 7 février, à 28 ans.

Lorsqu’il a été retranché du camp d’entraînement des Canucks de Vancouver en 2013, Philippe Maillet ne savait pas si les portes de la Ligue nationale de hockey (LNH) allaient de nouveau s’ouvrir à lui un jour. Il s’est concentré à devenir le meilleur joueur possible. Le 7 février 2021, il sautait sur la glace, vêtu de l’uniforme des Capitals de Washington, et réalisait son rêve à 28 ans.

Joint quelques jours après ce match contre les Flyers de Philadelphie, l’attaquant natif de Terrebonne flottait encore sur un nuage. « Quand j’étais dans le petit couloir menant du vestiaire à la patinoire, c’était comme dans un film. Mes oreilles sillaient. Mes coéquipiers savaient que c’était mon premier match et m’ont laissé faire un premier tour de glace seul. Après, je me suis dit : "C’est fait. Maintenant, amuse-toi!" »

Son exaltation a toutefois été freinée après ce premier match. À la suite d’une éclosion de COVID-19 dans le vestiaire de leurs adversaires du 7 février, trois matchs des Capitals ont été reportés en raison du protocole COVID de la ligue. « La bonne nouvelle, c’est que personne n’a été touché chez les Caps. Tout ce que je peux faire, c’est de rester prêt si le coach a besoin de mes services », raconte-t-il.

Il n’attend que ce feu vert. « Je ne vais pas me contenter d’un match. Même si j’ai franchi la dernière étape pour réaliser mon rêve, c’est un tout autre challenge qui commence. Je veux devenir un joueur établi dans la LNH », ajoute celui qui avait été retourné aux Bears de Hershey quelques jours avant le début de la saison, à la mi-janvier.

Comment se sent-on avec un athlète de la trempe d’Alex Ovechkin comme coéquipier? « Je l’avais côtoyé dans la bulle à Toronto, en séries l’année dernière, et c’est assez impressionnant! J’ai le plus grand respect pour les joueurs comme lui. C’est tellement difficile de percer et lui a déjà plusieurs saisons de plus de 50 buts », répond-il, faisant aussi référence à d’autres vétérans des Capitals qui « ont du vécu ».

Seul bémol de ses débuts dans la LNH? Ne pas avoir pu jouer avec les encouragements de sa famille et de ses proches dans les gradins, puisque les matchs se déroulent présentement à huis clos. « Ce n’est pas plaisant, mais c’est la réalité avec laquelle on doit composer. Heureusement, le match était diffusé à TVA Sports, donc tout le monde a pu le voir. « J’ai passé des heures à répondre à tous les messages que j’ai reçus après », raconte-t-il, un sourire dans la voix.

Tout un parcours

Le Terrebonnien a fait ses premiers coups de patin au sein de l’Association de hockey mineur de Lachenaie à 5 ans. Il a gravi les échelons avant de se joindre aux Tigres de Victoriaville en 2009, avec qui il a joué pendant quatre saisons. Ses 83 points en 65 matchs lors de sa dernière campagne ont attiré l’attention des Canucks de Vancouver, qui ont donné un essai à l’attaquant. Cette fois n’a pas été la bonne. « C’est comme si le château de cartes s’effondrait. Mais j’ai appris, avec les années, que ce n’est pas bon de regarder trop loin », explique-t-il sagement aujourd’hui.

En apprenant son retranchement, un entraîneur de l’Université du Nouveau-Brunswick a contacté Philippe en vantant les mérites du programme de hockey universitaire de la province acadienne. Le joueur de centre n’a jamais regretté de s’être joint aux Varisty Reds, aux côtés de qui il a remporté le championnat national deux fois en deux ans à la fin de son parcours. Mieux encore, il a été nommé athlète de l’année tous sports confondus au niveau universitaire canadien en 2017.

Chez les pros

Lorsqu’il a reçu ce titre, il avait déjà signé un contrat d’un an avec l’Ontario Reign, club-école des Kings de Los Angeles dans la Ligue américaine de hockey (LAH) et marqué son premier but à son premier match, au beau milieu des séries éliminatoires.

« Ça a bien lancé ma carrière en LAH », souligne celui qui était considéré comme un leader du Reign. Leur association a pris fin après la saison 2018-2019. C’est là qu’il a paraphé une entente de deux ans avec les Capitals de Washington. Entente qui viendra à terme à la fin de la présente saison. Mais d’ici là, Philippe a simplement bien hâte de poursuivre le film qu’il a dû mettre sur pause momentanément.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média