Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

03 mars 2021

Pénélope Clermont - pclermont@lexismedia.ca

2 669 nouveaux logements et des records d’investissements

CONSTRUCTION

4121construction

©Pénélope Clermont - La Revue

La contribution de Mascouche sur le plan du développement résidentiel dans la MRC Les Moulins est particulièrement marquée en 2020.

L’année 2020 laissait présager de belles choses sur le plan de la construction et elle n’a pas déçu les attentes. La conjoncture du marché immobilier combinée à la volonté des municipalités de participer à la relance économique a généré des records sur le territoire de la MRC Les Moulins, particulièrement du côté de Mascouche, où la construction résidentielle et industrielle a atteint de nouveaux sommets.

En 2020, la MRC Les Moulins a vu s’ériger 2 669 nouveaux logements sur son territoire, dépassant de 1 160 le nombre de 2019 et de 258 le plus haut total jusque-là enregistré, soit 2 411 logements en 2005. Le mois d’août a été particulièrement actif, cumulant à lui seul 951 logements. Ce sont par ailleurs les bâtiments de 7 logements et plus qui ont permis de créer le plus d’habitations avec un total de 2 245 pour les deux villes.

« Le développement [de projets] arrivait à maturité », justifie d’emblée le maire de Terrebonne, Marc-André Plante, avant d’ajouter : « Faire lever de terre un aussi grand nombre de logements, ça se planifie; il n’y a pas de surprise extrême. Un deuxième élément qui explique [ce développement marqué] est la pénurie de logements. Le [taux d’inoccupation] est extrêmement bas dans la MRC. » Qui plus est, « le gouvernent nous a demandé d’avoir le pied dans le tapis en ce qui a trait au développement économique. On l’a eu », ajoute le maire de Mascouche, Guillaume Tremblay.

Tous ces aspects combinés à la conjoncture observée dans le marché immobilier permettent à la MRC d’atteindre ces statistiques inégalées.

Résidentiel : Mascouche surpasse Terrebonne

Il faut dire que Mascouche y est pour beaucoup dans ces données transmises à la fois par la MRC et les villes. Sur les 2 669 logements créés en 2020, 1 390 l’ont été sur le territoire mascouchois. Il s’agit là de 300 logements de plus que le plus haut total observé par le passé, soit 1 090, aux dires de la Ville. C’était en 2008. En ce qui a trait à la valeur des travaux pour ces nouveaux logements, ils ont atteint plus de 226 M$ en 2020.

Il est évident, comme le fait remarquer le maire de Terrebonne, que « l’unité d’aujourd’hui coûte plus cher qu’il y a 20 ans », mais même la meilleure année à Mascouche, en l’occurrence 2008, avait généré des investissements de près de 175 M$, dont quelque 95 % provenaient du secteur résidentiel. Si on applique l’inflation à ce montant, on parle d’une somme tournant autour de 209 M$, ce qui demeure en deçà des investissements enregistrés l’année dernière.

D’ailleurs, s’ajoutent à ceux-ci les constructions des secteurs industriel et commercial, qui surpassent de loin les chiffres passés grâce au déploiement du CentrOparc, notamment. On comptabilise 75,5 M$ d’investissements en ce sens en 2020 à Mascouche. En comparaison, l’année la plus lucrative depuis 2012 était 2019, avec près de 19,3 M$.

« Notre vision a porté ses fruits. Certains peuvent dire que ça a pris du temps pour tourner le bateau, mais ça a valu la peine pour en arriver à ce résultat. Au-delà du nombre, je suis content de la qualité de ces logements », soulève le premier magistrat en ajoutant c’est l’équivalent de 1,5 M$ en revenus de taxation que ce développement récent rapportera à la Ville.

Terrebonne poursuit sur sa lancée

Terrebonne n’est pas en reste, ayant cumulé pour plus de 225 M$ en nouveaux logements en 2020. Des sommes qui excèdent celles des années passées, selon le maire. Quant au nombre de logements construits, les chiffres nous rappellent 2015 et 2017, mais l’année 2004 demeure la plus importante avec quelque 1 800 logements créés, si on se fie à un tableau produit par la MRC.

Du côté des secteurs industriel et commercial, on recense de nouveaux investissements de plus de 122 M$, en opposition avec les quelque 44 M$ de 2019, selon un tableau transmis par la Ville. Et les investissements annoncés par Metro n’apparaîtront que dans le bilan de cette année. Des signes qui laissent entrevoir une autre année de record à Terrebonne. « On risque de naviguer dans les mêmes eaux en 2021 », croit M. Plante en donnant les raisons mentionnées précédemment.

Quant à Mascouche, le premier magistrat se fait plus conservateur. « L’année 2021 sera plus modeste. Les terrains autour de la gare, c’est "une" chance pour une ville », convient M. Tremblay en rapportant que l’énergie de la Ville continuera d’être dirigée vers le pourtour de la gare et le secteur du SmartCentres. « Ce secteur se bonifie […] et il y a encore des terrains à développer », conclut-il.

Croyez-vous que la grève des enseignants, le 14 avril au matin, fera bouger les choses?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média