Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communautaire

Retour

09 mars 2021

Gilles Bordonado - gbordonado@lexismedia.ca

Un des plus grands bénévoles de Mascouche s’est éteint

SIMON SINÉ

4221simon

©archives - La Revue

Simon Siné, qui comptait plus de 35 ans de bénévolat à Mascouche, s’est éteint samedi soir.

Simon Siné, connu pour son engagement sans bornes à Mascouche, s’est éteint samedi soir. Il était âgé de 89 ans.

Natif de Perpignan en France, cet ancien électricien et électronicien dans la marine marchande avait visité les quatre coins du monde avant de s’établir au Québec dans les années 1960, là où ses talents techniques lui permettraient de trouver un emploi. Œuvrant en parallèle à temps partiel comme éducateur dans un centre d’accueil jeunesse pour subvenir aux besoins de sa famille, il prendra conscience de son intérêt pour le travail social. Après être retourné aux études dans ce domaine, il travaillera comme intervenant à la Direction de la protection de la jeunesse, métier qu’il occupera jusqu’à la retraite.

Un engagement tous azimuts

Intéressé par le bien-être des gens et de son milieu et passionné de culture, Simon Siné a fait preuve d’une implication communautaire tous azimuts unique à Mascouche, où il a finalement jeté l’ancre avec sa famille en 1970.

Considéré comme fondateur de l'Association de soccer de Mascouche en 1980, il y collaborera pendant plus de dix ans, formant une relève prête à assumer l’avenir de l’organisation. Il occupera tous les postes, même les plus ingrats, dont celui de registraire régional pour l’Association de soccer-football de Lanaudière.

Ayant à cœur le bien-être de la jeunesse, il a ensuite œuvré bénévolement à la fondation du Centre Le Diapason pour les jeunes en difficulté et à Habitat Jeunesse, maison d'hébergement pour les jeunes touchés par des problèmes de santé mentale. Il participera aussi au projet qui mènera à la création du Centre de F.A.M. des Moulins, qui a pour mission de briser l’isolement des femmes.

Membre du Comité Georges-Delfosse pour la protection du Manoir seigneurial, il a travaillé à la mise en place de la politique de reconnaissance des organismes de Mascouche en tant que membre fondateur du Comité des loisirs et de la culture de Mascouche. Il a aussi siégé au comité d'urbanisme de la Municipalité.

Ce passionné de culture est considéré comme l’un des artisans de la mise en place d’une première bibliothèque municipale à Mascouche, dont il s’est fait l’un des plus ardents promoteurs. Il siègera aussi plusieurs années au Festival de peinture à Mascouche, maintenant le Festival des arts de Mascouche.

Parmi ses ultimes engagements bénévoles, notons son rôle comme administrateur à la Caisse Desjardins Le Manoir et comme moniteur au Cercle des mycologues de Montréal.

Toujours d’une grande humilité, Simon Siné ne cherchait pas les honneurs, mais ses quelque 35 ans d’engagement bénévole n’ont pas été oubliés. Nommé au prestigieux prix du bénévolat Dollard-Morin en 2000, Simon Siné a reçu le prix Émilie-Mondor pour son engagement sans pareil au milieu des années 2000.

Toute l’équipe de La Revue, comme l’auteur de ces mots, qui le comptait parmi ses amis, offre ses plus sincères condoléances à sa femme, Jacqueline, à son fils, Richard, à ses petites-filles, Frédérique et Claudelle, et à tous les proches de Simon, un homme dont l’œuvre aura laissé une trace indélébile dans notre milieu.

Êtes-vous porté(e) à ramasser les masques jetés au sol?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média