Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

24 mars 2021

Pénélope Clermont - pclermont@lexismedia.ca

Domaine seigneurial : une demande de classement en analyse

4421classement

©archives - Pénélope Clermont - La Revue

Le moulin et la maison du meunier font l’objet d’une demande de classement d’un bien patrimonial.

Dans la foulée du déploiement du Parc métropolitain du Domaine seigneurial de Mascouche, La Revue apprenait récemment que la Société d’histoire de Mascouche (SHM) avait déposé, en décembre, une demande de classement d’un bien patrimonial, en l’occurrence le moulin et la maison du meunier, deux des bâtiments du site. Demande pour laquelle une réponse de la part du ministère de la Culture et des Communications du Québec est toujours attendue.

« Le fait de reconnaître la valeur patrimoniale et de classer des bâtiments historiques augmente le niveau d’engagement du gouvernement. Cet engagement permet notamment aux propriétaires d'obtenir plus de financement pour effectuer les travaux admissibles. Ce financement peut aller même jusqu’à doubler en comparaison avec ce que pourrait obtenir un bâtiment cité », résume François Tétreault, coordonnateur de la société d’histoire. Avant tout, une réponse positive du Ministère « permettrait de protéger les bâtiments encore existants du Domaine pour les générations futures ».

Notons que ceux-ci ont un statut légal de conservation depuis 2019 et sont cités comme biens patrimoniaux en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.

Dans sa demande, la SHM, volet de la SODAM, détaille l’état actuel des édifices, notamment les matériaux qui les composent et leurs dimensions, tout en relatant le contexte du site de même que leur construction, leur rénovation, leur valeur patrimoniale et leurs caractéristiques architecturales. « Les moulins seigneuriaux sont très peu nombreux au Québec, surtout au sein d’un ensemble comme celui de Mascouche. […] Il ne fait aucun doute que le moulin seigneurial de Mascouche offre une valeur de rareté, particulièrement à l’échelle régionale », peut-on lire. Quant à la maison du meunier, on mentionne entre autres que « ces trois niveaux encore existants, sa charpente de bois et sa structure de pierres lui confèrent une valeur d’art et d’architecture ».

Mascouche prend acte des recommandations

Informée de la démarche entreprise par la SHM, la Ville de Mascouche affirme en saisir l’intérêt et laisse le soin au Ministère de prendre sa décision avant de commenter davantage. Elle confirme cependant analyser les recommandations transmises par la société d’histoire dans un objectif de revitalisation des lieux. « Nous comptons faire appel à des spécialistes en patrimoine et en architecture afin de prendre les meilleures décisions possible », fait savoir Isabelle Gagné, conseillère en communications, avant d’ajouter qu’il est trop tôt pour dire si les éléments suggérés seront considérés.

Du côté du ministère de la Culture et des Communications du Québec, on rappelle que l’évaluation patrimoniale d’un bien tient compte des valeurs inscrites dans la Loi sur le patrimoine culturel : artistique, archéologique, architecturale, emblématique, ethnologique, historique, identitaire, paysagère, technologique, scientifique et urbanistique. « L’authenticité et l’ancienneté sont également des éléments qui sont pris en considération dans l’analyse », ajoute-t-on.

Soulignons qu’en 1978, le Comité de citoyens pour la protection de l’environnement de Mascouche avait transmis une pétition afin que le Manoir seigneurial de même que les 600 acres du domaine soient classés « monument et site historiques ». Une demande qui avait été rejetée.

Êtes-vous porté(e) à ramasser les masques jetés au sol?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média