Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

24 mars 2021

Pénélope Clermont - pclermont@lexismedia.ca

Terrebonne : savoir s’adapter au-delà des plans prévus

REGARD SUR LA PANDÉMIE - UN AN DE LUTTE CONTRE LA COVID-19

4421terrebonnecahier

©Courtoisie

Le maire de Terrebonne, Marc-André Plante, et le directeur du service des incendies et coordonnateur de la sécurité civile, Sylvain Dufresne, espèrent ne plus avoir à gérer une pareille crise.

Témoignage de Marc-André Plante et Sylvain Dufresne, de la Ville de Terrebonne

Une heure avant la conférence de presse qui allait mener à un confinement strict en mars 2020, « on savait qu’on s’en allait dans une drôle de direction et que ça allait être difficile », illustre le maire de Terrebonne, Marc-André Plante, qui, aux côtés de Sylvain Dufresne, coordonnateur de la sécurité civile, a eu à gérer ce qu’ils considèrent comme la pire crise des 100 dernières années au Québec.

Ayant été aux premières loges de plusieurs crises au Québec, dont celles du verglas et de Lac-Mégantic, M. Dufresne n’aurait jamais cru se retrouver au cœur même d’une pandémie mondiale, bien qu’il confirme que des mécanismes avaient été mis en place pour affronter pareil événement, dont un plan municipal de sécurité civile ainsi qu’un plan particulier d'intervention en cas de pandémie. Évidemment, ces plans ont dû être ajustés en raison du contexte. « Il a d’abord fallu nous coordonner avec la Santé publique et la Sécurité publique provinciale parce que le diable est dans les détails, relate M. Plante. Il y avait des zones grises qu’il fallait dénouer. » Sans compter les employés et la population à sécuriser, et le maintien des services essentiels à assurer. « Tous les vendredis matin, les maires se réunissaient pour faire un état de la situation avec le directeur de la santé publique de Lanaudière, même à Noël et au jour de l’An », souligne le maire. Il ajoute que Terrebonne faisait aussi partie de rencontres avec les dix plus grandes villes québécoises, lesquelles ont apporté un soutien à celles qui ne disposaient pas des mêmes ressources. « Nos compétences de base en sécurité civile nous auront permis de gérer la crise de manière efficace », résume M. Dufresne.

Des améliorations en cours de route

Parmi les éléments qui auraient pu tourner plus rondement, le coordonnateur de la sécurité civile, aussi directeur du service des incendies, note la communication avec les autorités provinciales, qui s’est améliorée avec le temps, mais aussi la capacité de télétravail. Peu d’employés le pratiquaient et surtout, la Ville ne disposait pas de suffisamment d’appareils. Cet aspect a été revu et le télétravail demeurera, mais dans une certaine mesure, car les contacts sociaux demeurent importants, observe le premier magistrat.

Ce dernier tient par ailleurs à saluer le travail des employés qui ont été au front, particulièrement au printemps 2020. Toujours à l’affût, ils sont maintenant dans la gestion postpandémie. « Nous sommes toujours en mode planification; la Ville a d’ailleurs annoncé des activités à venir cet été, fait savoir M. Dufresne. Ce rôle s’exerce depuis la fin de la phase 1 et va probablement perdurer tout au long de 2021, et peut-être même 2022. »

Devant le défi qui est loin d’être terminé, il en profite pour remercier la population : « Nous avons vu des statistiques montrant que la police n’avait pas remis beaucoup de constats à Terrebonne. Ça ne veut pas dire qu’elle n’a pas fait son travail, ça veut dire que nos citoyens ont collaboré. Il faut leur lever notre chapeau. »

Entrevue avec Marc-André Plante et Sylvain Dufresne

Entrevue avec Marc-André Plante et Sylvain Dufresne

Êtes-vous porté(e) à ramasser les masques jetés au sol?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média