Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

01 avril 2021

Un début de matinée de grève pour les enseignants moulinois

4621serm

Le SERM soutient que ses membres sont exaspérés par « la fermeture du gouvernement du Québec face aux priorités exprimées pour l’éducation et par l’absence déroutante de résultats satisfaisants aux tables de négociations ».

À l’instar des membres de la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ) et de l’Association provinciale des enseignantes et enseignants du Québec (APEQ-QPAT), le Syndicat de l’enseignement de la région des Moulins (SERM) entreprendra un premier mouvement de grève le 14 avril entre 0 h 01 et 9 h 30.

« Ce n’est pas de gaieté de cœur que nous procédons ainsi, mais malheureusement, la coupe est plus que pleine. Notre profession vit une crise et il faut de sérieuses améliorations pour attirer et retenir nos enseignants », explique Jean-Louis Bray, président du SERM, dont les membres avaient voté pour un mandat de grève de cinq jours à la fin de janvier.

Il précise que les enseignants lancent pour la toute première fois des grèves de courte durée visant à perturber l’administration scolaire, tout en minimisant les répercussions sur les services éducatifs. « Si le type de grève engendrait des résultats décevants, rien n’est écarté pour en revoir la forme », fait-il savoir.

Selon M. Bray, la pandémie a mis en lumière l’importance des services aux élèves et de la profession enseignante, alors que plusieurs problèmes majeurs, déjà présents, se sont aggravés dans ce contexte. Il note que c’est le gouvernement qui a insisté pour négocier malgré la pandémie. « Il doit maintenant passer de la parole aux actes, car les enseignants, au bout du rouleau, ne le croient plus », ajoute le président.

Rappelons que la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, a déposé une nouvelle offre mercredi : en plus de l’augmentation salariale de 5 % sur 3 ans (supérieure à l’inflation de 4,87 %), Québec propose à tous les salariés d’ajouter 1 % si l’inflation réelle est supérieure à 5 % et si la croissance économique prévue est au rendez-vous. (PC)

Croyez-vous que la grève des enseignants, le 14 avril au matin, fera bouger les choses?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média