Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Affaires

Retour

03 avril 2021

Mélanie Savage - msavage@lexismedia.ca

La CCIM vise le Sceau Concilivi

4621conciliation

Après l’obtention du Sceau Concilivi, la CCIM encouragera ses membres, qui sont près de 800, à emprunter la même voie.

La Chambre de commerce et d’industrie Les Moulins (CCIM) a reçu une aide financière de 12 983 $ du gouvernement du Québec, aide destinée à mettre en place des mesures de conciliation famille-travail. Avec ce montant, l’organisme veut se doter du Sceau Concilivi.

Au cours de l’été 2020, Québec lançait deux appels de projets, un pour le Programme de soutien financier en matière de conciliation famille-travail-études, l’autre pour le Programme de soutien financier en matière de conciliation famille-travail. C’est à travers ce dernier que la CCIM a eu la chance d’être sélectionnée pour recevoir un montant de 12 983 $, comme annoncé par le député de Masson, Mathieu Lemay, le 23 mars.

La somme octroyée couvrira notamment les frais de formation pour que la CCIM puisse obtenir le Sceau Concilivi, qui « vise à reconnaître la qualité des pratiques organisationnelles d’un employeur en matière de conciliation travail-famille », un aspect auquel la chambre était déjà sensible. « Pour moi, c’est essentiel que les gens qui travaillent avec nous se sentent respectés, valorisés, et qu’ils voient qu’on considère que leur vie familiale est aussi importante que leur travail », confie Pierre Berthiaume, président-directeur général de la CCIM.

Selon lui, dans le contexte de la pénurie de main-d’œuvre, il faut savoir miser sur la rétention des talents et pour ce faire, il n’y a pas que le salaire. « Même pour un salaire moindre, si l’employeur offre d’autres avantages comme une meilleure conciliation travail-famille, les employés vont avoir envie de rester », avance-t-il.

Pour sa part, la chambre mise notamment sur la flexibilité d’horaire, les vacances, dix jours de congé par année, les vendredis de congé pendant l’été et la fin de la journée de travail à midi le vendredi le reste de l’année. « Nous sommes en train de nous ajuster pour répondre aux normes du Sceau Concilivi. Une fois que ce sera fait, nous publiciserons notre accréditation pour encourager nos membres à emprunter eux aussi cette voie », termine Pierre Berthiaume.

À l’échelle du Québec, quelque 1,5 M$ sont ainsi versés dans divers projets venant faciliter la conciliation famille-travail ou encore famille-travail-études.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média