Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Municipal

Retour

06 avril 2021

Pénélope Clermont - pclermont@lexismedia.ca

Golf des Moulins : des citoyens demandent un espace vert

4621golfdesmoulins

©Pénélope Clermont - La Revue

Contrairement au Golf Le Boisé, le site de l’ancien Golf des Moulins n’est pas assujetti à un zonage récréotouristique. Ainsi, il ne cadre pas avec les récentes demandes faites par Terrebonne, Mascouche et Candiac au gouvernement du Québec pour les aider à requalifier en espaces verts les anciens terrains de golf localisés dans le périmètre urbain.

Une pétition en ligne a été lancée le 27 mars demandant au conseil municipal de Terrebonne d’acquérir le site de l’ancien Golf des Moulins, situé sur la côte de Terrebonne.

Mardi, 846 signataires avaient adhéré à l’initiative citoyenne Terrebonne Vert, qui soulève « un manque flagrant de grands parcs et d’installations sportives dans le secteur du district 7 ». Alexandre Charbonneau, membre du comité citoyen qui a mis la pétition en ligne, explique que l’école du quartier, l’école primaire des Explorateurs, ne possède aucune aire d’activités sportives. « Le site, situé à quelques minutes de marche de l'école (surtout si on y entre par le nord), est l’endroit parfait pour des installations sportives, telles qu'un terrain de soccer, baseball, basketball, patinoire, jeux récréatifs extérieurs et autres », peut-on lire dans la pétition. « Il faut prendre notre véhicule si on veut aller dans un parc », renchérit M. Charbonneau, qui considère que le site de l’ancien golf pourrait pallier ce manque.

« Il existe déjà un petit stationnement pour visiteurs qui pourrait être restauré et utilisable, ainsi que l’ancien bâtiment d’accueil du golf qui pourrait être transformé en petit chalet pour toilettes et autres besoins du parc », suggère la pétition. Elle note également la présence de ruisseaux et de « milieux humides qu’il faut protéger pour l’environnement », tout comme la nécessité de « protéger les espaces verts restants pour protéger la biodiversité et lutter contre les changements climatiques ».

Un projet résidentiel en branle

Les citoyens sont conscients que le zonage du site y permet la construction résidentielle depuis 2005 et qu’un projet en ce sens est sur la table, projet qui ne fait pas l’unanimité du côté des résidents du secteur. « Les gens riverains sont fâchés de voir des maisons se bâtir derrière chez eux, admet le Terrebonnien, mais on a entendu dire qu’il y avait des délais dans le projet et des élections s’en viennent, alors on s’est dit que le temps était peut-être venu de se faire entendre. […] On aimerait s’asseoir à la table et discuter de tout ça. » C’est pourquoi Terrebonne Vert déposera éventuellement au conseil municipal la pétition que l’on peut consulter au https://bit.ly/3uiazBd.

Ne souhaitant pas commenter, le cabinet du maire a dirigé La Revue vers l’équipe des communications de la Ville. Cette dernière rappelle que, selon le programme particulier d’urbanisme (PPU) d’Urbanova, dont le site fait partie, il n’est pas planifié qu’il soit conservé en espace vert. « Tout changement de zonage (développement pour conservation) serait considéré au sens de la loi comme étant de l’expropriation déguisée, à moins d’obtenir l’approbation de l’actuel propriétaire ou d’en faire l’acquisition par négociation de gré à gré », précise la Municipalité.

Quant au projet, il suit le processus d’élaboration du plan d’aménagement d’ensemble (PAE). « Les prochaines étapes consistent en l’approbation du PAE par le conseil municipal et en l’élaboration du cadre réglementaire. Lors du processus de modification réglementaire, comme prévu par la loi, une assemblée publique de consultation aura lieu », indique-t-on, en mentionnant que l’échéancier n’est pas encore déterminé.

La Ville prend également soin de mentionner que le projet déposé inclut l’aménagement de parcs et d’espaces verts qui lui seront cédés, comme le prévoit la loi. Une partie du site fait d’ailleurs partie du corridor de biodiversité de Terrebonne.

Le site appartenant aux Constructions Martin Cousineau a une valeur imposable de 7 986 600 $, si on se fie au dernier rôle d’évaluation triennal 2020-2022, mais la valeur marchande peut être considérablement différente, nuance la Ville.

Les Constructions Martin Cousineau ne nous avaient pas rendu notre appel au moment de mettre sous presse. La Revue fera un suivi advenant un retour de leur part.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média