Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communautaire

Retour

13 avril 2021

Stéphane Fortier - sfortier@lexismedia.ca

Donner pour une bonne cause, c’est « cool »!

4721cool

©courtoisie

Éric Cool, sensible à la cause des personnes atteintes de problèmes cardiovasculaires, a entrepris une campagne de financement.

Éric Cool a le cœur sur la main. Ce n’est pas un jeu de mots, même si l’on sait qu’il est en attente d’une greffe cardiaque. Ce grand bonhomme, malgré qu’il soit gravement malade, a immédiatement eu le réflexe de penser aux autres, d’aider des personnes qui se retrouvent dans la même situation que lui et qui souffrent de problèmes cardiaques.

Éric Cool est encore relativement jeune. À l’été 2019, il a 47 ans lorsqu’il est terrassé par un malaise cardiaque. Transporté d’urgence à l’Hôpital Pierre-Le Gardeur – où le personnel fait un travail extraordinaire, dit-il –, puis à l’Institut de cardiologie de Montréal, il passe ensuite deux semaines aux soins intensifs. On lui annonce que son cœur ne fonctionne alors plus qu’à 50% et qu’il doit vivre avec une importante insuffisance cardiaque. Au fil du temps, ses problèmes cardiaques s’aggravent, au point où on lui annonce qu’il aura besoin d’une transplantation cardiaque. « Je n’avais pourtant aucune prédisposition à un problème de ce genre. Pas d’alcool, pas de tabac, pas d’antécédents, j’étais en bonne santé », tient à préciser Éric Cool, qui a évolué au hockey junior.

En attente d’une greffe

Éric Cool est maintenant en attente d’un cœur pour une greffe. Malgré le fait que la moyenne d’attente soit de 237 jours, il garde un excellent moral. « Il y a d’autres moyens pour que le cœur fonctionne bien en attendant, comme une bonne médication, par exemple. Il y a aussi la possibilité de greffer un cœur mécanique dans le pire des cas. Pour l’instant, je me sens bien, mais mon médecin m’a prévenu que cela risque de ne pas durer », précise le résident de Mascouche qui a dû quitter son poste de directeur de l’école Félix-Leclerc en février à cause de sa condition.

Éric Cool se dit chanceux d’être bien entouré par sa famille d’abord, sa sœur et ses trois enfants, puis plusieurs amis et collègues de travail. Il leur en est très reconnaissant.

Campagne de financement

Sa vie ne tient qu’à un fil, mais en attendant de trouver un cœur adéquat pour une greffe, il a décidé de démarrer une campagne de financement pour l’Institut de cardiologie de Montréal. Éric Cool souhaite que son combat puisse inspirer les gens et les sensibiliser à la cause des maladies cardiaques. Il rappelle que les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès dans le monde. « Je fais appel à la générosité des gens parce qu’un don, si infime soit-il, est infiniment précieux et qu’en soutenant la Fondation, on permet à l’Institut de soutenir à son tour des dizaines de milliers de Québécois chaque année par la prévention, les soins ultraspécialisés, la formation de professionnels et, bien sûr, par la recherche », affirme-t-il. En mars 2022, il prévoit tenir un souper-bénéfice et il est à la recherche d’un commanditaire majeur.

Son objectif? Amasser une somme de 30 000 $. En date du 9 avril, pas moins de 20 000 $ avaient déjà été récoltés. « La Fondation de l’Institut n’en revient pas. Ils ont rarement vu ça. J’en suis rendu à 306 donateurs. » Pour l’encourager, vous pouvez lui écrire à donnercestcool@gmail.com. Et les commanditaires peuvent lui faire signe à cette adresse ou sur sa page Facebook. 

Quel est, selon vous, le plus grand avantage d’avoir un 8e parc industriel à Terrebonne?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média