Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Affaires

Retour

14 avril 2021

Stéphane Fortier - sfortier@lexismedia.ca

Le denturologiste Jacques Chabot souligne ses 40 ans de pratique

4721chabot

©courtoisie

Le denturologiste Jacques Chabot compte maintenant 40 ans de pratique.

La denturologie a bien évolué depuis 40 ans et Jacques Chabot a vécu toute cette évolution, puisqu’il pratique depuis 1981.

De fait, c’est en 1981 que Jacques Chabot, dont le cabinet a pignon sur rue à Mascouche depuis toujours, a amorcé sa pratique, ayant obtenu son diplôme de technicien en denturologie à une époque où cette pratique était encore peu connue. « Le domaine était récent à cette époque, lance d’entrée de jeu celui qui a toujours voulu évoluer dans le domaine dentaire. Ce milieu était plus ou moins connu et on ne prévoyait pas un très grand avenir à la denturologie. » Finalement, cela ne s’est pas avéré réaliste, puisque le domaine n’a cessé de progresser, fait remarquer Jacques Chabot. « Quand j’ai ouvert mon cabinet, j’avais aussi un bureau à Boisbriand et cela a duré huit ans, puis j’ai décidé de concentrer ma pratique à Mascouche, d’abord sur le boulevard Mascouche et ensuite sur la montée Masson, où je suis toujours », explique-t-il.   

Évolution

Au fil du temps, la denturologie a évolué. « La denturologie a toujours été une profession traitant des prothèses dentaires amovibles. Mais vers le milieu des années 1990, la pose d’implants est devenue de plus en plus populaire et c’est la raison pour laquelle j’ai suivi une formation. Auparavant, c’était surtout aux États-Unis et en Europe que la pose d’implants se pratiquait », énonce le denturologiste.

Publicité

Défiler pour continuer

Pour le reste, les techniques ont évolué également, de même que les équipements, les instruments. Le plus grand changement? « Je crois que c’est la reconnaissance de notre domaine. Au début, cela portait un peu à confusion, mais au fil du temps, les différences entre les diverses pratiques se sont clarifiées et la publicité a permis de démystifier notre métier », rapporte le denturologiste, avant d’ajouter que la prochaine évolution consistera à utiliser le support numérique.

Jacques Chabot arrivera bientôt à l’âge de la retraite et il est fier de parler de sa coéquipière, Mélina Alain, qui sera appelée à prendre la relève éventuellement.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média