Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

16 avril 2021

Stéphane Fortier - sfortier@lexismedia.ca

L’agrandissement de l’école du Coteau inquiète des résidents

4821coteau

©archives - La Revue

L’école secondaire du Coteau, à Mascouche, sera agrandie, au grand déplaisir de certains résidents du secteur.

L’agrandissement de l’école secondaire du Coteau fait craindre plusieurs inconvénients à des citoyens demeurant aux alentours de l’établissement de Mascouche. Certains, en plus de faire part de leurs inquiétudes au Centre de services scolaire des Affluents, ont également contacté La Revue pour partager leurs appréhensions.

On parle notamment des citoyens de la rue et de la place de l'Alizé et de la rue Glen-Abbey, de même que de la place des Vets et de la rue Annette. En tout, ils sont une douzaine de propriétaires à craindre pour leur qualité de vie, dont Sylvie Daigle, Isabelle Caya et Marie-Claude Turcotte.

En substance, les citoyens affirment que l'école du Coteau n'est pas encore agrandie que déjà, on dénote une problématique de stationnement pour les élèves et les professeurs, de déchets, de dommages et d'intimidation. Ces Mascouchois disent s’inquiéter de voir arriver 40 nouveaux enseignants et 800 nouveaux élèves. « En ce qui a trait au stationnement, la rue de l’Alizé est déjà moins large qu’elle n’est censée l’être, soit 7,5 mètres alors que normalement, elle doit faire 9 mètres. Imaginez le trafic que l’agrandissement va en plus causer », déplore Marie-Claude Turcotte, résidente de la rue de l’Alizé, qui s’inquiète encore plus des conséquences durant la saison hivernale, alors que les rues sont plus étroites.

Le coordonnateur aux communications du Centre de services scolaire des Affluents, Éric Ladouceur, a tenu à remettre les pendules à l’heure. « D’abord, l’information concernant le nombre de nouveaux élèves est erronée. On parle de 580 élèves de plus et non 800 », précise-t-il d’entrée de jeu. Il mentionne également qu’il y aura amplement d’espaces de stationnement pour les nouveaux employés et qu’on prévoit 50 places pour les scooters. « Même à 580 de plus, ça reste inquiétant », s’empresse de répliquer Mme Turcotte.

Les citoyens se questionnent aussi à propos de l'accès à l'école et de sa section agrandie qui, selon les informations qu’ils ont obtenues, seront tous situés sur la rue de l'Alizé. Comme sa portion pavée ne fait que 7,5 mètres plutôt que 9 mètres, avec la circulation qui s'ajoutera, avec les autobus, les résidents jugent que la portion pavée devrait être plus large et longée d’une bordure de béton pour empêcher que les pelouses soient endommagées. « Il y a des choses là-dedans qui ne sont pas de notre ressort, mais nous sommes en discussion avec la Ville de Mascouche pour que tout soit fait afin que cela satisfasse les résidents du secteur, sur les plans tant de la sécurité que du stationnement », de mentionner M. Ladouceur.

Sécurité et flânage

Afin de réduire le va-et-vient hors des limites de l’école, le Centre de services scolaire a prévu la création d’une grande cour à dîner extérieure avec mobilier urbain et tables de pique-nique, ainsi que des terrains de basket-ball aménagés dans le stationnement réservé aux autobus. « Nous allons trouver des solutions à toutes les inquiétudes des citoyens. Qu’ils sachent que nous sommes toujours à l’écoute pour minimiser les impacts le plus possible », insiste le coordonnateur aux communications.

Par ailleurs, une section du terrain a été déboisée pour la réalisation de cet agrandissement. « Nous avons déboisé pour le stationnement du personnel en attendant et ensuite, la partie déboisée servira de stationnement aux autobus. Cela assurera une plus grande sécurité », explique Éric Ladouceur, ajoutant que la nouvelle partie de l’école sera chauffée par la géothermie.    

Finalement, M. Ladouceur rappelle que ce projet d’agrandissement est absolument nécessaire. Les travaux, qui ont déjà débuté, se termineront en 2022.

« On est dans le vague par rapport à ce qui s’en vient », mentionne Mme Turcotte, avant d’annoncer que le groupe de résidents rencontrera le maire Guillaume Tremblay afin de lui faire part de leurs revendications. Indiquant la volonté de la Ville d’améliorer la sécurité du secteur, le premier magistrat a en effet confirmé, lors de la dernière séance du conseil municipal, un entretien à venir ce mercredi avec les résidents concernés.

Quel est, selon vous, le plus grand avantage d’avoir un 8e parc industriel à Terrebonne?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média