Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Scolaire

Retour

23 avril 2021

Stéphane Fortier - sfortier@lexismedia.ca

Ça slame en grand à l’école des Trois-Saisons

4921slame2

©courtoisie

Simon Chamberland et Mathys Gilbert ont été les meilleurs slameurs en équipe.

Le 8 avril, les élèves de la classe-ressource 2 de l'école secondaire des Trois-Saisons à Terrebonne ont laissé aller leur créativité à l’occasion d'un concours de slam.

Si vous pensiez que le slam est le bruit d’une porte qui claque, vous avez raison. Le slam provient justement de l'expression anglaise slam poetry, « slam » étant une onomatopée qui imite le son d'un claquement ou d'un coup. Il est aussi question d’une forme de poésie orale rythmée, urbaine, qui a lieu dans un endroit public et qui prend la forme d'une rencontre ou d'un spectacle. Il s'agit d'un art du spectacle oral et scénique, axé sur les mots, selon le site Alloprof.

À l’école des Trois-Saisons, c'est avec l'accompagnement et les encouragements d’Élémo, un slameur, et de leur enseignante, Valérie Doyon, que les jeunes ont appris les bases de cet art poétique dans le cadre de leur cours de français. Hugues Trudel, directeur adjoint, et Rémi Payette, éducateur spécialisé, ont bien voulu agir comme juges pour le concours. Les élèves de la classe devaient aussi donner leurs commentaires sur les prestations de leurs collègues.

Pourquoi le slam?

Publicité

Défiler pour continuer

On peut se demander pourquoi initier les élèves au slam et non carrément à la poésie. « C’est vraiment pour la motivation. Et effectivement, ils étaient très motivés à faire cette activité. Quand on parle de poésie aux élèves, ça ne va pas nécessairement les chercher. Ils trouvent cela un peu inaccessible, plus pour les adultes », croit Valérie Doyon, qui fait slamer ses élèves depuis quatre ans maintenant. « Et il y a des slameurs qui sont de plus en plus populaires et ils aiment cela », affirme l’enseignante, qui voit une analogie entre le slam et la musique hip-hop et rap.

Mme Doyon a laissé les adolescents choisir les thèmes sur lesquels ils voulaient slamer, avec lesquels ils sont à l’aise, dans lesquels ils se retrouvent. Et la recette a fonctionné à merveille. « Ils se sont vraiment dépassés en abordant des thèmes qui les concernent comme l'amour, leurs difficultés durant leur parcours scolaire, l'environnement, le racisme », fait-elle remarquer.    

Les grands vainqueurs

Des élèves se sont particulièrement illustrés lors de cette joute de slam. Ainsi, les jeunes gagnants des prix de la catégorie Coup de cœur, Janice Bertrand Valéry, Simon Chamberland et Mathys Gilber, ont remporté un chèque-cadeau de la Librairie Lu-Lu. « Je suis ravie de la participation de mes élèves au concours. Ils étaient très motivés et ils ont travaillé fort », conclut Valérie Doyon. Elle leur lance « un grand bravo » pour leur talent et tient à féliciter ceux qui se sont démarqués en remportant le concours.

4921slame1

©courtoisie

Janice Bertrand Valéry a remporté la victoire dans la catégorie individuelle.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média