Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

13 mai 2021

La pression monte en CPE

PÉNURIE DE MAIN-D’OEUVRE

0121cpe

Au cours des prochaines semaines, les parents seront informés de l’escalade des moyens de pression que prendront les travailleuses et travailleurs du réseau des CPE.

Dénonçant un problème aggravé de pénurie de main-d’œuvre, les travailleuses et les travailleurs des centres de la petite enfance, représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), se dotent de « mandats forts » partout au Québec, y compris dans la région de Lanaudière, pour accentuer les moyens de pression sur le gouvernement Legault.

« Ce gouvernement promet de créer de nouvelles places, mais sait très bien que cet objectif est inatteignable dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre qualifiée en CPE, exacerbée depuis un an par la pandémie. Une seule solution permettra de retenir ou d’attirer des ressources : de meilleures conditions de travail », explique dans un communiqué de presse Stéphanie Vachon, représentante du secteur des CPE à la FSSS–CSN.

Or, selon Jessie Rouleau, présidente du Syndicat des travailleuses en service de garde de Lanaudière – CSN, les demandes patronales déposées à la table de négociation nationale s’inscrivent « en parfaite contradiction avec la volonté de mettre un terme à la pénurie ». « [Elles] visent à presser le citron davantage et ainsi à détériorer les conditions de travail de celles et ceux qui éduquent nos tout-petits. Cette stratégie contreproductive risquerait de décourager d’éventuelles recrues et de pousser vers la sortie les personnes épuisées et sous-payées qui tiennent le réseau à bout de bras », décrit celle qui représente notamment une centaine de membres au sud de Lanaudière, dont à Mascouche et à Terrebonne.

« Escalade des moyens de pression »

Au cours des prochaines semaines, les parents seront informés de l’escalade des moyens de pression et seront appelés à appuyer les travailleuses et les travailleurs des centres de la petite enfance dans leurs démarches pour bonifier le réseau des CPE et en assurer la pérennité, annonce le syndicat.

Les travailleuses et les travailleurs des centres de la petite enfance demandent, entre autres, une augmentation salariale équitable comparativement à une formation du même niveau dans le réseau de l’éducation. Aussi, ils souhaitent plus de moyens pour donner de meilleurs services aux enfants, dont du temps pour mieux planifier, pour remplir le dossier de l’enfant et pour soutenir les enfants à besoins particuliers. Il faut également faire respecter le ratio éducatrices/enfants en tout temps, conclut le communiqué. (PC)

Que pensez-vous de l’intention du maire Marc-André Plante de tenir trois débats avec le potentiel candidat Mathieu Traversy?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média